Faut-il lui retirer sa Légion d'honneur — Bachar al-Assad

Mardi, 17 Avr, 2018

Bachar al Assad a reçu cette décoration en 2001 des mains de l'ancien président Jacques Chirac, qui l'avait élevé au grade de grand-croix de la Légion d'honneur.

La démarche est pour le moins symbolique. A l'époque, il venait de succéder à son père Hafez al-Assad à la tête du pays.

La Légion d'honneur, la plus haute distinction française a été octroyée au président syrien en 2001. "L'Elysée confirme qu'une procédure disciplinaire de retrait de la Légion d'honneur", la plus haute distinction française créée par Napoléon Ier, "à l'endroit de Bachar al-Assad a bien été engagée" par le président Emmanuel Macron, a indiqué la présidence de la République au surlendemain des frappes aériennes françaises contre la Syrie.

Aucune discussion avec un autre opérateur — Bouygues
Le marché est sensible depuis des mois à toute rumeur de consolidation du secteur français des télécoms. Suite à l'article de Bloomberg , l'action d'Altice ( SFR ) a pris 5,40% pour être à 8 euros.

Le député Boris Vallaud devient porte-parole du PS — Landes
Le président du conseil général de Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel prend en charge les Nouvelles solidarités. L'élu de Cintegabelle aura en charge les pôles "Rénovation, décentralisation, et animation politique du Parti".

Air France va assurer 70% de ses vols mardi
L'aéroport de Nice Côte-d'Azur prévoit ainsi l'annulation de 40% des vols Air France , filiale Hop! comprise, à l'arrivée et 43% au départ.

Il ne la porte pas au revers de veste, mais Bachar al-Assad a toujours sa Légion d'honneur. La procédure de retrait de la Légion d'honneur appartient au Grand maître de la Légion d'honneur, à savoir le président de la République en exercice. "On ne peut pas imaginer qu'un bourreau, qu'un despote, qu'un tyran, contre lequel d'ailleurs la France a mobilisé ses moyens militaires il y a quelques jours, puisse continuer de porter, même symboliquement, la grand-croix de la Légion d'honneur", estime Jean-Pierre Filiu, professeur à Sciences Po Paris et signataire de la pétition.

Depuis 2010, un décret permet de déchoir plus facilement un étranger ayant "commis des actes contraires à l'honneur". Ce fut notamment le cas du cycliste américain Lance Armstrong ou encore du styliste britannique John Galliano.