Toulouse : un bébé prénommé "Jihad" s'appellera désormais "Jahid"

Lundi, 16 Avr, 2018

"Si éthymologiquement, cela signifie " effort " et " lutte " en arabe, pour le grand public ce mot est avant tout associé au terrorisme et à la " guerre sainte ".

Le Parquet avait alors saisi le juge aux affaires familiales afin d'ordonner la suppression du prénom contesté sur les registres de l'état civil.

En novembre à Nice (sud de la France), la mairie avait elle aussi saisi la justice après la naissance d'un garçon déclaré à l'état civil sous le nom de "Mohamed, Nizar Merah", identique à celui du jihadiste auteur d'une tuerie à Toulouse et Montauban en 2012, et dont le frère est actuellement jugé à Paris pour complicité d'assassinat.

Décryptage : pour Facebook, l'heure des comptes a sonné
Irrémédiablement, Mark Zuckerberg est tenu responsable des dégâts que l'affaire a pu causer à la démocratie américaine. "Merci M. Il a promis de faire tout son possible pour éviter de nouvelles fuites de données personnelles des utilisateurs.

Systèmes de réseau de contrôle de carrosserie Kostal
La Société Kostal est parmi les entreprises leader dans le domaine de l’industrie automobile. Cependant, les systèmes de contrôle de réseau intérieurs sont tout aussi importants.

Auger-Aliassime s'incline au premier tour à Monaco
Le vainqueur a brisé le service de son jeune adversaire six fois, lui qui a profité de 14 balles de bris. Zverev a maintenant rendez-vous avec le Français Lucas Pouille au deuxième tour.

Dans une décision rendue le 13 avril 2018, le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Toulouse annule la mention du prénom " Jihad " sur l'acte d'état civil de l'enfant et déclare que l'enfant se prénommera désormais Jahid. Cette demande de prénom avait été refusée et les parents avaient d'eux-mêmes inversé les voyelles pour le changer en Jahid. Pour rappel, en effet, l'article 57 du Code civil impose aux parents de choisir un prénom "dans l'intérêt de l'enfant".

En 2016, déjà, à Roubaix (Nord), des parents qui voulaient appeler leur enfant de la sorte avaient dû renoncer à leur choix.

Il s'agit d'un contrôle a posteriori. Tout prénom inscrit dans l'acte de naissance peut être choisi comme prénom usuel.