Manifestation à Paris de plusieurs centaines de motards contre les 80 km/h

Lundi, 16 Avr, 2018

Plus d'un millier de motards et d'automobilistes en colère ont manifesté samedi en Auvergne-Rhône-Alpes pour dénoncer la future limitation à 80 km/h de la vitesse sur les routes secondaires.

Après s'être retrouvés devant l'esplanade du château de Vincennes, au milieu de pancartes "Non à la dictature autophobe" ou "Motards en colère", ils se sont rendus sur le périphérique parisien, avant de le bloquer complètement au niveau de Porte de Pantin, comme le montrent plusieurs photos publiées sur les réseaux sociaux. En premier lieu aux motards qui roulent en grosses cylindrées... et qui estiment que cette nouvelle mesure n'a que pour objectif de faire de l'argent (amende) sur le dos des usagers de la route.

700 motards se sont regroupés ce dimanche à Paris pour protester contre la limitation de la vitesse à 80 kilomètres par heure sur les routes secondaires.

Vadim Vasilyev fait le point sur les dossiers chauds du mercato monégasque
C'est un joueur emblématique , c'est notre capitaine , un joueur très important pour l'équipe. Les clubs intéressés sont donc avertis: " Il vaut beaucoup " a-t-il annoncé sur TF1.

Le Real s'impose à Malaga et remonte sur le podium
L'entraîneur du Real Madrid , Zinedine Zidane , a décidé de ménager quatre joueurs pour le déplacement à Malaga, ce dimanche. Grâce à ce succès, le Real Madrid récupère sa troisième place en comptant 67 points et devance Valence 4e avec 65 points.

La France "n'a pas couru derrière les Américains" — Frappes en Syrie
Le texte comprend plusieurs facettes - chimique, humanitaire et politique -, incluant la création d'un nouveau mécanisme d'enquête sur l'emploi d'armes chimiques.

"La limitation à 80 km/h, ça ne marchera pas", a affirme à l'AFP Jean-Marc Belotti, coordinateur de la Fédération française des motards en colère (FFMC).

En France, à partir du 1er juillet, toutes les routes à double-sens sans séparateur central seront limitées à 80 km/h, contre 90 km/h jusqu'à présent. Selon lui, ces routes ont concentré 55% des accidents mortels en 2016. Le gouvernement d'Emmanuel Macron espère sauver "entre 300 et 400 vies par an" avec cette mesure, ce qui ne plaît pourtant pas à tout le monde.