Macron : Notre opération militaire en Syrie était légitime

Lundi, 16 Avr, 2018

Donald Trump et ses alliés français et britannique estiment avoir réussi leurs bombardements contre la Syrie de Bachar al-Assad accusé d'avoir utilisé des armes chimiques, Washington se disant prêt à "dégainer" encore en cas de récidive de Damas, en dépit de la colère de Moscou qui dénonce une "agression".

À noter que, malgré les frappes aériennes des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne, l'OIAC, basée à La Haye, avait affirmé poursuivre sa mission d'enquête sur l'attaque chimique présumée de Douma. Tout en reconnaissant qu'il est "totalement bloqué", selon les mots d'un haut responsable américain, qui en attribue la responsabilité au régime syrien "qui refuse de participer aux discussions", et aux Russes "qui n'ont pas voulu faire suffisamment pression" sur Damas.

"Notre stratégie syrienne n'a pas changé", a martelé samedi l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley. Depuis son arrivée aux affaires en mai 2017, le président a répété à plusieurs reprises son aversion pour les armes chimiques et sa détermination à punir ceux qui les utiliseraient.

La Russie demande au Conseil de sécurité de voter sur son projet de résolution, a déclaré l'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia.

Dépendance : le gouvernement évoque une 2e journée de solidarité
Le Figaro rappelle que cette journée serait mise en place soit par convention, accord d'entreprise ou de branche. D'autres idées ont également été évoquées pour financer la prise en charge des personnes âgées.

Emmanuel Macron : "Il ne faut pas raconter des carabistouilles"
Tout au long de cette interview menée par Jean-Pierre Pernaut, Emmanuel Macron a d'abord et avant tout défendu sa politique . Je leur dis une chose: j'ai jamais pris un retraité pour un portefeuille . "On va mettre plus de moyens", a-t-il annoncé.

Mercato - Une lutte Olympique pour Ben Arfa ?
A l'étranger, l'ancien de Newcastle a aussi une belle cote: le FC Séville et Leicester seraient prêt à prendre le pari. Hatem Ben Arfa devoir se trouver un nouveau club à présent que son contrat arrive à expiration en juin.

Dans le domaine chimique, il prévoit notamment de créer "un mécanisme indépendant" d'enquête et d'attribution des responsabilités "basé sur des principes d'impartialité et de professionnalisme". Emmanuel Macron n'a sûrement pas décidé à la légère de faire participer la France à une opération punitive, principalement américaine, de bombardement de la Syrie, aux toutes premières heures du samedi 14 avril 2018. Il a également souligné son opposition ferme à l'utilisation de toute arme internationalement prohibée, exigeant une enquête internationale transparente sur les allégations en matière d'attaque chimique.

Une mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) se trouve en Syrie pour réunir des éléments sur cette attaque chimique présumée qui aurait fait au moins 40 morts à Douma, selon des secouristes sur place. Elle a été qualifiée de "fabrication" des rebelles par Damas et par la Russie.

Trop peu trop tard, pour les évacués de Douma, rencontrés par l'AFP à 400 kilomètres de chez eux, dans un camp de déplacés.

Il a fait ces remarques lors d'un entretien téléphonique avec son homologue iranien Hassan Rohani, qui a appelé M. Assad après les raids aériens contre la Syrie.