Attaque chimique: l'OIAC débute dimanche son enquête en Syrie

Lundi, 16 Avr, 2018

"Une réponse à caractère militaire n'est pas envisagée", estime aussi Alexandre Choumiline, du Centre d'analyse des conflits du Proche-Orient à l'Institut des Etats-Unis et du Canada.

Les présidents américain Donald Trump et français Emmanuel Macron ont assuré avoir la "preuve "de l'utilisation d'armes chimiques, justifiant les raids menés sur trois sites liés au programme d'armement chimique syrien -dans le nord de Damas et dans la province centrale de Homs- sans faire de victimes".

Mais le président des États-Unis n'a pas dit un mot sur les efforts des États-Unis au Conseil de sécurité de l'ONU pour tenter de trouver une solution à la crise syrienne. Il a indiqué qu'aucune autre opération n'était prévue pour l'instant, précisant que les cibles étaient choisies pour éviter de frapper les forces russes déployées en Syrie.

"Nous sommes contents de voir que quelqu'un a enfin senti qu'on existait ", a déclaré Nadia Sidaoui. Selon le président français, les frappes occidentales contre la Syrie ont été un succès "sur le plan militaire".

Les experts estiment que ces frappes n'auront pas d'impact sur le conflit syrien, dont le président Assad semble en passe de sortir victorieux. La France, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont remis samedi un projet de résolution au Conseil de sécurité devant être examiné aujourd'hui et demandant un " cessez-le-feu durable", " un accès humanitaire sans restriction", et la création d'" un mécanisme indépendant, basé sur des principes d'impartialité et de professionnalisme " pour enquêter et désigner les auteurs d'attaques chimiques.

"Mission accomplie! ", a lancé Donald Trump - comme son prédécesseur George W. Bush en 2003, qui avait alors annoncé, de manière prématurée, la fin de la guerre en Irak.

Macron souligne un succès "sur le plan militaire"
Mais en réalité, son entourage s'efforce encore de définir les contours de la stratégie américaine. Les mots choisis par le président Bush rappellent ceux utilisés par l'ancien président George W.

Avis de recherche / Fugue : Isaora Thaisa Tavares Assuncao âgée de 14 ans
Elle était également vêtue d'un pantalon noir et gris, de souliers de course noirs et transportait un sac à dos bleu pâle. Elle pourrait se trouver dans un restaurant Mc Donald ou au centre commercial Les galeries d'Anjou.

ONPC: François Ruffin donne la parole à un cheminot dans le public
Christine Angot l'interrompt alors pour lui signifier que "les gens savent très bien que ce n'est pas le cas". La chroniqueuse ajoute que " ce sont les politiques qui pensent que les cheminots sont des privilégiés.

Plus tôt dans la journée, le ministre français des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait déclaré lors d'une intervention télévisée sur la chaîne d'informations en continu que la France était prête à mener une nouvelle "intervention " si nécessaire.

Les frappes occidentales ont d'ailleurs soigneusement évité les installations militaires russes en Syrie et les défenses antiaériennes russes n'ont pas été utilisées pour intercepter les missiles occidentaux. Le chef de l'Etat affirme vouloir " construire la paix " en Syrie.

Des manifestants pro-Assad et contre les frappes américaines dans les rues des Damas.

A Damas, le président Assad a affirmé que cette "agression" ne faisait que "renforcer (sa) détermination à continuer de lutter et d'écraser le terrorisme", terme par lequel il désigne les rebelles.

"Le régime de Damas considère que la Russie profite cette guerre pour retrouver une puissance internationale".

Moscou, allié indéfectible du pouvoir de Bachar al-Assad, a dénoncé ces frappes sans prendre dans l'immédiat de mesures de rétorsion, malgré son ton menaçant des derniers jours.