Armes chimiques en Syrie : début de l'enquête internationale ce lundi

Lundi, 16 Avr, 2018

L'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley a annoncé que les Etats-Unis prendraient dès lundi de nouvelles sanctions contre la Russie en lien avec l'utilisation présumée d'armes chimiques par le régime syrien. " Déterminés à écraser Daesh " La Maison Blanche a rappelé la nature de la mission des forces américaines en Syrie: " Nous sommes déterminés à écraser complètement ISIS (acronyme anglais de Daesh, NDLR) et à créer les conditions qui empêcheront son retour", selon le communiqué". "La mission d'enquête est arrivée samedi à Damas et il est prévu qu'elle se dirige dimanche à Douma pour entamer son travail", a déclaré le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Ayman Soussane, à la presse.

Dans son interview à BFM TV, RMC et Mediapart dimanche soir, le président français a notamment déclaré avoir convaincu son homologue américain de ne pas retirer ses troupes de Syrie et de limiter les frappes.

Ces tirs de missiles ont été menés en représailles à l'attaque chimique du 7 avril contre Douma dans la Ghouta orientale, attaque attribuée par les Occidentaux au régime de Damas. "Nous laisserons l'équipe faire son travail de manière professionnelle, objective, impartiale et loin de toute pression (de la part des autorités)". Pourtant après les frappes américaines, françaises et britanniques contre le régime de Bachar Al-Assad, les conclusions de cette enquête pourraient être déterminantes dans la reprise des négociations. Les victimes présentaient des symptômes tels que des difficultés respiratoires, des brûlures de la cornée, de la mousse dans la bouche, ont-il souligné.

En Syrie, le travail s'annonce compliqué pour les enquêteurs qui arrivent plus d'une semaine après les faits, dans une zone passée depuis sous contrôle du régime et de la police militaire russe et ravagée par cinq ans de siège et une violente offensive lancée le 18 février. Les derniers combattants rebelles de Douma, ainsi que des civils, ont été évacués samedi vers des zones du nord de la Syrie, dans le cadre d'un accord de reddition signé avec le régime le 9 avril, deux jours après l'attaque chimique présumée.

Macron souligne un succès "sur le plan militaire"
Mais en réalité, son entourage s'efforce encore de définir les contours de la stratégie américaine. Les mots choisis par le président Bush rappellent ceux utilisés par l'ancien président George W.

Attaque chimique: l'OIAC débute dimanche son enquête en Syrie
Selon le président français, les frappes occidentales contre la Syrie ont été un succès "sur le plan militaire". Bush en 2003, qui avait alors annoncé, de manière prématurée, la fin de la guerre en Irak.

Emmanuel Macron : "Il ne faut pas raconter des carabistouilles"
Tout au long de cette interview menée par Jean-Pierre Pernaut, Emmanuel Macron a d'abord et avant tout défendu sa politique . Je leur dis une chose: j'ai jamais pris un retraité pour un portefeuille . "On va mettre plus de moyens", a-t-il annoncé.

Il a par ailleurs affirmé avoir convaincu Donald Trump de "rester dans la durée" en Syrie.

Une responsable de l'administration américaine a notamment précisé que les Etats-Unis avaient des informations "plus claires" sur une utilisation de chlore mais aussi "des informations significatives" sur un usage de sarin.

"Par ces frappes et cette intervention, nous avons séparé sur ce sujet, les Russes, des Turcs (.) les Turcs ont condamné les frappes chimiques et ont soutenu l'opération que nous avons conduite", a dit M. Macron. Ces frappes ont suscité l'indignation de la Russie et de l'Iran, alliés de Damas. Après cet épisode aussi spectaculaire que bref, la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni entendent désormais relancer la diplomatie.