" "Les aliments qui " empoisonnent " au menu d'un hors-série de

Jeudi, 12 Avr, 2018

En France, le yaourt est particulièrement réglementé. Après avoir étudié ces produits industriels transformés comme les laitages, mais aussi les produits sans gluten ou sans viande, 60 Millions de consommateurs en profite pour dénoncer "les entourloupes des industriels lorsqu'ils bernent les consommateurs et font passer un aliment bourré d'additifs pour un produit santé". Les additifs - colorants, épaississants et conservateurs - sont normalement interdits, mais un décret autorise d'ajouter au lait fermenté des arômes et, dans la limite de 30% du produit fini, "sucres et autres denrées alimentaires conférant une saveur spécifique". "Alors que la réglementation française interdit l'ajout d'additifs dans les yaourts, les grandes marques en incorporent en quantité dans les mélanges de fruits qui parfument les desserts lactés: 9 additifs dans le yaourt Carrefour aux fruits recette crémeuse, 7 dans le Taillefine aux fraises et 12 dans le panier de Yoplait nature sur fruits".

La revue 60 millions de consommateurs dénonce dans un hors-série paraissant jeudi "les aliments qui empoisonnent ", et apprend au consommateur à débusquer, marque par marque, sucres, sels, graisses, additifs, nitrites et pesticides cachés, y compris dans les yaourts.

L'accusé numéro un, le sucre, est souvent caché. 60 millions de consommateurs révèle ainsi que dans un flacon de ketchup Heinz de 700 g, on trouve 8 tomates et 22 morceaux de sucre. Soit, pour 20 g de sauce, autant de sucre que dans 2 petits-beurre de la marque Lu.

"80% du sel absorbé par les Français proviennent des aliments transformés".

Deux dinosaures adjugés à plus de 1,4 million d'euros chacun
Leur motivations: décorer leurs grandes demeures, faire un cadeau original ou se faire de la publicité. Le marché reste "petit" et "ne s'adresse pas à beaucoup de monde", reconnaît Éric Mickeler.

Bernard Tapie devrai t-il rembourser plus vite — Marseille
Les derniers soubresauts de l'affaite Tapie donnent lieu à un imbroglio judiciaire qui se complique décidément de jour en jour. Il appartiendra au tribunal de se prononcer sur la clôture de la procédure de sauvegarde ", conclut la cour.

Kurzawa avoue avoir raté sa saison
En effet, la radio RMC affirme que le club de la capitale réclame au minimum 25 millions d'euros pour se séparer de son joueur. Le Parisien compte donc se réfugier dans le travail pour inverser cette (longue) mauvaise passe.

"C'est ce qu'on appelle les Tartuffe du manger-sain, développe Adeline Trégouët, la rédactrice en chef de 60 Millions pour franceinfo. Vous pensez que vous avez acheté par exemple un chocolat allégé, il va être allégé en sucre mais vous allez avoir deux fois plus de graisses que dans un chocolat classique". "Au rayon viande, la revue détaille le " mécanisme pernicieux " du " trop de fer ", ou comment, à trop forte dose, le fer contenu dans la viande rouge favorise l'apparition de cancers, notamment du sein pour les femmes.

Côté additifs, la revue a publié une liste de 50 produits qui seraient à proscrire allant du E102 au E951. Cette liste a passablement énervé l'Ania (Association des industries alimentaires) qui a rappelé que les additifs "ont d'abord été introduits pour la conservation des aliments". La revue préconise donc de ne consommer pas plus de 500 grammes de viande rouge par semaine, ce qui représente une portion de 70 grammes par jour.

Tout est passé au laser. Le nouveau système d'étiquetage Nutriscore, basé sur les cinq lettres A, B, C, D, E, et un code couleurs, présente ainsi "quelques lacunes", selon la revue.