L'Assemblée française approuve le principe du changement de statut de la SNCF

Jeudi, 12 Avr, 2018

Au grand dam de la gauche de la gauche, les députés ont donné leur aval par 74 voix contre 20 à un amendement du gouvernement qui prévoit qu'à compter du 1er janvier 2020, "la société nationale à capitaux publics SNCF et ses filiales constituent un groupe public unifié". Ils ont accusé respectivement le gouvernement de "vouloir porter à la ceinture le scalp " des cheminots ou de bâtir la réforme "sur des contre-vérités ".

LR, pour qui la réforme n'est pas assez "courageuse", a aussi dénoncé "un texte bâclé", critiquant à l'instar de la gauche la méthode avec des amendements du gouvernement "arrivés en catimini".

Avec cette transformation juridique présentée comme "essentielle" par la ministre des Transports Élisabeth Borne et qui va "obliger" à régler le problème de la dette du groupe ferroviaire, selon elle, l'État sera détenteur de la totalité du capital de la SNCF, dont les titres seront incessibles, et la SNCF sera détentrice de la totalité des titres de SNCF Réseau et SNCF Mobilités, sans possibilité de les céder.

Plusieurs centaines d'employés de la SNCF et sympathisants se sont rassemblés à Paris ce lundi sur l'esplanade des Invalides, pour défendre "l'avenir du service public ferroviaire" non loin de l'Assemblée nationale, où le texte devait être examiné dès aujourd'hui.

"Cheminots en colère " ou "ça va péter!".

L'équipe de Di Grégorio se sent "trahie"
Il avait finalement été autorisé à reprendre la compétition un an plus tard et avait toujours nié à l'époque s'être dopé. Ce produit est notamment utilisé pour traiter de l'anémie chez les personnes victimes d'insuffisance rénale chronique.

Dans un village, des chiens attaqués à l'acide — Hautes-Pyrénées
Selon la loi, quiconque qui exerce des sévices graves ou commet un acte de cruauté envers un animal domestique peut être condamné par la justice, et encourt jusqu'à 2 ans de prison et 30.000 euros d'amende.

Keita devrait tenir sa place au Vélodrome — Leipzig
Victime d'un choc avec le gardien adverse, Naby Keita a dû céder sa place à la 75 minute après être resté allongé au sol. A trois jours du match retour face à l'OM en Ligue Europa, l'inquiétude était de de rigueur.

L'ambiance restait cependant bon enfant, tandis que la pluie tombait en continu sur les cheminots, chasubles aux couleurs de leurs syndicats (CGT, Unsa, SUD, CFDT, FO) sur le dos et drapeaux en main. Des rassemblements et défilés ont aussi eu lieu à Lyon, Lille, ou Marseille.

- Reprise "progressive" - Après une deuxième séquence de deux jours de grève, la SNCF prévoyait pour mardi une "reprise progressive" du trafic.

Lundi, le trafic est resté "très perturbé" avec un TGV sur cinq, un Transilien et un TER sur trois et un Intercités sur six en circulation.

C'est environ ce que coûte, pour la SNCF, une journée de grève, selon une estimation du patron du groupe ferroviaire, Guillaume Pepy, sur RMC et BFMTV.

"Personne ne veut d'un conflit dur qui dure mais pour l'instant, on est face à un mur" et les cheminots n'ont "aucun" autre choix que la grève, a répliqué le leader de la CGT, Philippe Martinez. Le gouvernement "se limite à gagner du temps ", jusqu'à ce que le passage à l'Assemblée soit terminé, a ajouté Erik Meyer (SUD-Rail).