La BM prévoit une croissance de 3,2% en 2018 en Afrique subsaharienne

Воскресенье, 14 Янв, 2018

Les estimations de la Banque Mondiale pour l'économie tunisienne coïncident avec des prévisions qui tablent sur une croissance mondiale de 3,1%, tirée par une hausse des flux d'investissements plus importante que celle prévue en 2017, selon le même rapport.

L'embellie procèderait de la demande domestique et du raffermissement des prix des produits de base, découlant de la reprise de la croissance au niveau mondial prévue pour s'établir à 3,1%.

Une baisse des prix des produits de base, une augmentation plus forte que prévu des taux d'intérêt mondiaux et des mesures insuffisantes pour améliorer la dynamique de la dette pourraient freiner la croissance économique, avertit cette institution.

Selon l'institution de Bretton Woods, l'Afrique du Sud devrait enregistrer une hausse de sa croissance à 1,1 % cette année, contre 0,8 % en 2017. " Selon les projections, la croissance de la région s'accélérera pour atteindre 3 % en 2018, contre 1,8 % en 2017 " indique le rapport. Après un net recul à 1,3 % en 2016, cette progression reflète un léger redressement des trois principales économies de la région, à savoir l'Angola, le Nigéria et l'Afrique du Sud. Cette révision à la hausse des perspectives au Nigéria se fonde sur la prévision d'une poursuite de l'augmentation de la production pétrolière et de la mise en œuvre de réformes qui doperont les autres secteurs d'activité.

Читайте также: Un adolescent de 15 ans meurt poignardé — Rixe à Paris

Les plus gros contributeurs de cette croissance devraient être le Ghana (8,3%), l'Éthiopie (8,2%), et la Côte d'Ivoire (7,2%). La croissance en Angola devrait progresser à 1,6 % cette année.

D'après son rapport sur les perspectives économiques mondiales publié le 9 janvier, l'institution onusienne prédit une accélération de la croissance en 2018 et 2019 pour la zone Afrique subsaharienne.

Cependant, les tendances à long terme de l'évolution démographique et de l'investissement dans la région plaident pour la mise en œuvre de réformes structurelles, indispensables pour doper la croissance au cours des dix prochaines années. Notamment, "un recours excessif à l'emprunt extérieur", un "durcissement" des conditions de financement à l'échelle mondiale et les incertitudes politiques dans certains pays. Le déploiement de politiques structurelles, en matière d'éducation, de santé, d'emploi, de gouvernance et de climat des affaires, devrait soutenir le potentiel de croissance dans la région.

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2018 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог