Jack Lang se lâche contre Donald Trump — "Président de merde"

Dimanche, 14 Jan, 2018

Retour de bâton (merdeux) pour Donald Trump. Dans un tweet particulièrement virulent posté samedi 13 janvier, Jack Lang a souhaité partager son indignation suite aux propos de Donald Trump.

Une référence à l'expression "pays de merde" qu'aurait employé le président milliardaire pour parler d'Haïti, du Salvador, et des nations africaines lors d'une réunion avec des parlementaires américains.

Jack Lang n'y va pas avec le dos de la cuillère. "J'ai envie qu'on dise dans le monde entier: 'président de merde', comme un cri de ralliement contre ce personnage humiliant et offensant", a insisté le président de l'Institut du monde arabe.

Chelsea Manning candidate au Sénat — États-Unis
Elle est née garçon, avec le prénom Bradley, et a effectué sa transition pour devenir Chelsea, une fille, une fois en détention. Selon le quotidien, elle convoite le siège du démocrate Ben Cardin, 74 ans, qu'il occupe depuis 2007.

Lait contaminé: des centaines de plaintes déposées contre Lactalis
Dans sa pétition, l'organisation demande aussi des preuves de la destruction des lots censés être rappelés. Le scandale du lait contaminé de Lactalis sera porté devant les tribunaux.

Systèmes de réseau de contrôle de carrosserie Kostal
La Société Kostal est parmi les entreprises leader dans le domaine de l’industrie automobile. Cependant, les systèmes de contrôle de réseau intérieurs sont tout aussi importants.

" Ce qui m'a motivé, a expliqué l'ancien ministre âgé de 78 ans, c'est d'entendre ce type (Donald Trump, ndlr) chaque heure chaque jour dire n'importe quoi, insulter ". "Ce mépris est inqualifiable. C'est blessant, offensant.Tous les jours, il déverse du mépris sur les uns sur les autres", a-t-il finalement déclaré.

Le président de l'Ima ne s'arrête pas là. "C'est indigne de l'Amérique, grand pays de liberté, de grandes aventures d'émancipation ", a estimé l'ancien ministre.

Le hashtag #trumppresidentdemerde est depuis repris par des centaines d'internautes sur la toile, et même par certains Américains, pour qui la traduction est transparente.