Tensions diplomatiques entre Islamabad et Washington

Samedi, 13 Jan, 2018

"Ce tweet n'annonce pas la fin définitive de l'aide financière américaine au Pakistan mais il augure d'une ligne plus dure", estime dans ce journal Michal Kugelman, chercheur au think tank américain Wilson Center. Islamabad, allié des Etats-Unis depuis la guerre froide, dément de longue date les accusations américaines et reproche à Washington d'ignorer les milliers de Pakistanais tués dans la lutte contre le terrorisme.

Le ministère pakistanais n'a pas souhaité faire de commentaire. - 'Agents du chaos' - Le réseau Haqqani, qui pendant longtemps trouvait refuge au Pakistan tout en réalisant certaines des pires attaques contre les forces américaines en Afghanistan, a été qualifié de "véritable bras" des services secrets pakistanais par Mike Mullen, ancien chef d'état-major américain des armées.

Le président américain affirme que le Pakistan continue d'"abriter" les terroristes contre lesquels les États-Unis luttent en Afghanistan, alors que l'Amérique a versé "33 milliards de dollars d'aide au Pakistan" ces quinze dernières années.

A la suite de la nouvelle charge de Donald Trump, le Pakistan a convoqué lundi l'ambassadeur américain à Islamabad, a indiqué mardi un porte-parole américain, un geste de défiance rare après les menaces du président américaine.

Stephen Norman part chez Vauxhall, remplacé par Albéric Chopelin — PSA
A compter du 1er février 2018, Albéric Chopelin est nommé Senior Vice President, Directeur Ventes & Marketing, Groupe PSA . Albéric Chopelin sera rattaché au président du directoire de PSA , Carlos Tavares , a précisé le groupe dans un communiqué.

Mbappé futur ballon d'or, le Real favoris, Ranieri fait le point — PSG
Il possède ce que n'a pas encore Paris: "l'expérience et l'habitude du très très haut niveau ". Mais ce frein sera ôté en cas de qualification contre le Real Madrid .

10 morts dans le centre du pays — Manifestations en Iran
Le président Hassan Rohani avait été réélu en mai dernier sur la promesse d'une amélioration sur le front économique. Les manifestants, issus des classes populaires parlent d'ailleurs depuis dimanche de " révolution des oeufs ".

En effet, le gouvernement américain a suspendu en août dernier le versement d'une aide de 255 millions de dollars (212 millions d'euros) au Pakistan.

Les relations américano-pakistanaises, déjà difficiles, pour les mêmes raisons, sous l'administration Obama, se sont encore dégradées avec l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche. Donald Trump a juré de ne plus verser d'argent à Islamabad. Les Pakistanais ont donné asile à des terroristes après lesquels nous étions en Afghanistan.

Il y ajoute qu'Islamabad a pris les leaders américains pour des "idiots" et que cela ne se reproduira plus.

"Nous versons des sommes énormes chaque année au Pakistan". Selon lui, les Etats-Unis "ne prendront pas de mesure extrême" car ils ont besoin de l'aide logistique du Pakistan pour accéder à leurs troupes basées en Afghanistan. La réaction du Pakistan ne s'est pas faite attendre.