Attentat Copernic: non-lieu en faveur du suspect Hassan Diab

Samedi, 13 Jan, 2018

Près de quarante ans après l'attentat à la bombe de la rue Copernic à Paris, le 3 octobre 1980, qui fit quatre morts devant une synagogue, les juges d'instruction ont rendu un non-lieu, vendredi 12 janvier, en faveur de l'unique suspect, Hassan Diab.

. Par conséquent, les juges ont ordonné la " mise en liberté immédiate " de l'ancien professeur de sociologie à l'université d'Ottawa, qui a passé plus de trois ans en détention provisoire depuis son extradition du Canada, en novembre 2014. Cet appel n'est pas suspensif et ne remet donc pas en cause, à ce stade, la remise en liberté de Hassan Diab. Selon les tampons sur ce document, Diab aurait été en Europe du 20 septembre au 7 octobre 1980.

Un skieur tué par un sapin en Haute-Savoie — Tempête Eleanor
En plus de cette première victime, selon la sécurité civile, 15 personnes ont été blessées au total, dont quatre grièvement . Trois départements sont en vigilance pour vents violents et pluie-inondation: Savoie (73), Haute-Savoie (74) et Isère (38).

Bakambu va devenir le joueur africain le plus cher de l'histoire
Le club de l'Empire du milieu a payé la clause libératoire du joueur élevée à 40 M€, ce n'est pas tout. Et pour l'attirer, ce club chinois a dû casser sa tirelire.

Malcom has made his choice — Arsenal vs Spurs
Tottenham have reportedly dropped their interest in Bordeaux winger Malcom - handing a major transfer advantage to rivals Arsenal. The Premier League leaders believe Alexis is determined to work with Pep Guardiola and that he would reject any moves elsewhere.

Ce dernier a d'ailleurs toujours assuré qu'il était à Beyrouth au moment des faits pour passer ses examens à la faculté. Il a donné au juge d'instruction les noms de deux femmes ayant révisé les épreuves avec lui qui ont corroboré sa version. " Vu les nombreuses divergences qui existent dans ce dossier, ce sera une bonne chose que la cour d'appel tranche ", a relevé l'un de leurs avocats, Eric Morain. Il s'agit d'une surprise, car le parquet avait requis, en décembre 2017, son renvoi devant une Cour d'assises. Quant aux portraits-robots, un autre suspect, qui lui n'a jamais été poursuivi, leur "ressemble au moins autant, sinon plus". Le parquet de Paris va faire appel de cet ordonnance de non-lieu.