Octuple infanticide dans le Nord : Dominique Cottrez bientôt libérée

Mardi, 09 Jan, 2018

Condamnée à 9 ans d'emprisonnement en 2015 pour huit infanticides, Dominique va être relâchée le 22 janvier, a appris France Bleu Nord auprès de son avocat, relayant la décision du Tribunal d'application des peines d'Arras (Pas-de-Calais).Dominique Cottrez à la cour d'assises de Douai (Nord), le 25 juin 2015. Un avis qui semble, des années plus tard, partagé par le tribunal d'application des peines d'Arras.

Selon L'Obs, le jugement décrit Dominique Cottrez comme une femme "active, souhaitant travailler". Après quatre années passées derrière les barreaux, Dominique Cottrez a donc obtenu sa liberté conditionnelle.

Nouvelle frappe aérienne israélienne contre des site militaire — Syrie
L'Etat hébreu s'inquiète d'un enracinement croissant en Syrie du Hezbollah et de l'Iran, autre allié de taille du régime d'Assad. L'Etat hébreu a tiré deux missiles sol-sol depuis le Golan occupé, mais l'armée syrienne les a interceptés, selon le communiqué.

Gary Oldman Golden Globe du meilleur acteur de film dramatique
L'une des présumées victimes, Violet Paley , a ainsi tweeté "Mignon ton pin's #timesup , James Franco. James Franco lors de son discours sur la scène des Golden Globes.

(2e LD) La Corée du Nord rouvre le canal de communication militaire
On ignorait si le Nord a cherché à discuter de l'arrêt définitif des exercices militaires conjoints entre Séoul et Washington. Le président américain s'est félicité ce week-end de la reprise des discussions, espérant qu'elles aillent "au-delà" des JO.

"Ni la peine, ni la qualification pénale des faits ne sont discutées, les faits sont appréhendés à la mesure de leur gravité, sans être minimisés", est-il enfin noté. Tout en restant soumise à certaines obligations, et certaines interdictions. Elle devra également trouver une activité professionnelle ou s'inscrire à une formation. Celle qui a présenté cette requête en libération conditionnelle "se reconnaît pleinement responsable de ses actes et tient à ce sujet un discours clair", indique le rapport du jugement. Surtout, la femme résidant dans le Nord n'a pas le droit d'évoquer les faits publiquement. Elle encourait la réclusion criminelle à perpétuité, l'avocat général avait requis 18 ans, et c'est finalement à neuf ans de prison que l'ancienne aide-soignante avait été condamnée. Sauf pour le deuxième, né et tué dans les toilettes d'un hôpital où elle se trouvait pour une crise d'épilepsie. Elle avait ensuite placé les cadavres dans des sacs entassés dans sa chambre à coucher et dans le garage de sa maison.

Pendant son procès, Dominique Cottrez avait expliqué avoir été "choquée" et "terrorisée" par le personnel médical qui l'avait accompagnée le jour de la naissance de sa fille. Son obésité avait rendu ses grossesses indécelables.