En grève, les métallos engagent un bras de fer

Mardi, 09 Jan, 2018

Et tandis que le patronat du secteur se montre particulièrement hostile à ces exigences, des débrayages ont commencé dans tout le pays, en particulier dans le secteur automobile (Volkswagen, Porsche).

Plusieurs régions sont déjà touchées: la Rhénanie, le Nord Westphalie, le Bade-Wurtemberg, le Brandebourg, la Saxe et Berlin. IG Metall entend renforcer sa pression dès aujourd'hui, en appelant à débrayer dans 143 entreprises.

Depuis octobre, IG Metall exige pour les 3,9 millions d'employés du secteur une augmentation salariale de 6 %. Ces variations ne sont pas inhabituelles en Allemagne et les parties trouvent généralement un compromis, conformément à ce qu'il est convenu d'appeler la " culture de la cogestion", dans un contexte de bonne santé macroéconomique du pays.

Plus de 6 millions d'unités vendues depuis la mi-octobre — Google Home
De là, les spéculations et autres extrapolations vont bon train: Google aurait donc vendu plus de 6 millions de son Google Home . Ce chiffre englobe tous les appareils Home de Google , Google Home , Google Home Mini , et Google Home Max .

La Savoie placée en vigilance rouge — Avalanches
Facteur aggravant: Le très bon enneigement actuel favorisera l'écoulement des avalanches . Elles sont accompagnées d'un fort vent, qui provoque un important transport de neige.

Enlèvement du petit Tizio: le père et l'oncle mis en examen
Le petit Tizio, un bébé de deux mois nécessitant de soins, a été enlevé par son père au CHU de Purpan, à Toulouse, vendredi soir. Le père de Tizio, le nourrisson enlevé vendredi à Toulouse , a été mis en examen, ce lundi après-midi.

Mais cette fois, le conflit porte surtout sur un aménagement inédit du temps de travail demandé par IG Metall: le passage de la semaine de travail de 35 à 28 heures pour ceux qui le souhaitent, avec compensation partielle de la perte de salaire par l'employeur.

Partant du principe que deux tiers des salariés pourraient réunir les conditions pour obtenir cet allégement temporaire de leur rythme hebdomadaire, le patronat craint des ateliers vides et une montagne de paperasse à régler. Elle souligne également le risque de discrimination en cas de mise en place de ce régime pour les employés travaillant déjà à temps partiel avec un salaire réduit d'autant. Si la situation ne se résout pas, la crise politique qui a déjà cours en Allemagne - Angela Merkel est en quête de coalition pour gouverner depuis les législatives de septembre - pourrait bien se doubler d'une crise sociale, car le syndicat n'exclut pas le recours à la grève dure. Les grèves nationales sont extrêmement rares en Allemagne.