L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme maladie par l'OMS

Vendredi, 29 Déc, 2017

Le jeu compulsif sera reconnu par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comme un trouble de santé mentale à partir de l'année 2018.

Fondée en 1948, l'Organisation Mondiale de la Santé, est une agence spécialisée des Nations Unies, qui a pour objectif de "construire un avenir meilleur et plus sain" grâce à son implication dans la santé publique internationale à travers le monde. Selon l'OMS, elle s'applique ainsi aux jeux en ligne ainsi qu'aux jeux vidéo traditionnels.

Dans leur 11ème version, qui devrait être publiée en 2018, un nouveau "trouble du jeu vidéo" y est répertorié comme un trouble de santé mentale dans la catégorie "troubles dus à l'utilisation de substances ou à des comportements de dépendance".

Airbus group : La méga-commande de 50 mds€ d'Indigo Partners est finalisée
Les livraisons interviendront en tranches à partir de 2023, a précisé le groupe asiatique dans un communiqué. L'avionneur a "finalisé les accords" annoncés le mois dernier, explique-t-il.

TF1 mène la danse avec la comédie On a marché sur Bangkok
Le second volet de la trilogie réalisée par Peter Jackson a été suivi par 2 244 000 téléspectateurs, soit 11.4% de PDA. A noter également le bon score de TMC qui frôle les 930.000 téléspectateurs avec le film Palais Royal .

Apple s'excuse et solde les remplacements de batterie — IPhone ralentis
Le prix du remplacement de la batterie d'un iPhone hors garantie a été réduit de près de deux tiers, à 29 dollars aux Etats-Unis. Apple confirme sur son site que le remplacement de la batterie sera facturé 29 €.

" Il reste à voir si l'intégration de l'addiction aux jeux vidéo dans la future mouture de la Classification internationale des maladies apportera des avantages cliniques par rapport au traitement des problèmes de jeu en tant que trouble générique de la toxicomanie". Il est caractérisé par "une perte de contrôle sur le jeu vidéo" (la fréquence, la durée, l'intensité, etc.), "une priorité croissante donnée à cette activité au détriment des autres intérêts et activités de la vie quotidienne", ou encore "le fait de continuer à jouer en dépit des conséquences négatives", détaille le site. En somme jouer aux jeux vidéos de temps en temps pour le plaisir n'est pas une tare.

Les personnes qui présentent des symptômes sévères peuvent également obtenir le diagnostic même s'ils jouent de façon compulsive depuis moins d'un an.

Comme le rappelle le magazine Forbes, la Classification internationale des maladies n'est rien d'autre qu'un manuel de diagnostic dont l'usage est très répandu.