Vers un nouveau bouclier anti-crise pour la zone euro

Vendredi, 08 Déc, 2017

Ces propositions seront examinées une première fois la semaine prochaine lors du sommet des chefs d'État et de gouvernement. La croissance économique, le taux de chômage global est au plus bas depuis une décennie, l'orage de la crise de la dette s'est éloigné, aussi, le temps est venu de s'atteler à la consolidation de la zone euro sans attendre le prochain grain, défend la Commission.

Ces propositions, destinées à parfaire l'Union économique et monétaire (UEM), avait été promises en septembre par le président de l'exécutif européen, Jean-Claude Juncker. Le Parlement européen et le Conseil, qui représente les États membres de l'Union européenne (UE), devraient adopter cette proposition à la mi-2019.

Mardi, à Bruxelles, le ministre allemand des Finances par intérim, Peter Altmaier, a prédit qu'"on aura un nouveau gouvernement en Allemagne avant qu'il se dégage un consensus entre les Etats membres sur ces réformes".

Des réticences qui font douter de l'issue du prochain sommet, au cours duquel aucune décision majeure ne devrait être prise.

Mort de Johnny Hallyday: Mélenchon explique pourquoi il n'a "rien à dire"
Le chef de file de la France insoumise (LFI) comprend cependant "qu'il y ait plein de gens à qui ça fasse du chagrin". JLM n'était donc pas aussi dénué de sentiments que certains ont pu le croire, pris dans le flux d'informations.

Relative victoire d'Apple contre l'utilisation du nom Mi Pad par Xiaomi
Il voulait enregistrer la marque " Mi Pad " en Europe, mais Apple n'était pas d'accord à cause du nom jugé trop proche de l'iPad . Dans la série judiciaire, Apple vient de remporter son procès contre Xiaomi devant le Tribunal de l'Union Européenne .

Thiago Silva absent pour un mois — PSG
Pour Thiago Silva , les examens pratiqués ce mercredi ont confirmé une contusion du mollet avec entorse du genou gauche. Après sa mésaventure européenne en Bavière, le Paris Saint-Germain va retrouver le Championnat.

Enfin, la Commission souhaiterait transformer le Mécanisme européen de stabilité (MES), dont la mission est d'aider les pays de la zone euro en difficulté, en véritable Fonds monétaire européen (FME), qui se substituerait au FMI dans les futurs programmes d'aide, comme il l'a fait pour la Grèce. Financé par les Etats, le futur FME pourrait aussi endosser un rôle de garant "prêteur en dernier recours" pour les banques en difficulté dans la zone euro, au cas où les mesures déjà prévues par les établissements financiers et les Etats nationaux dans le cadre de l'Union bancaire ne seraient pas suffisantes. Elle propose la création d'un Fonds monétaire européen et d'un poste de ministre européen de l'Economie et des Finances. Plus gros contributeur financier au MES, Berlin ne souhaite pas qu'il devienne un organisme communautaire, car l'Allemagne perdrait ainsi de son influence.

L'actuel président de l'Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, n'est pas plus enthousiaste, d'ailleurs.

Le président Emmanuel Macron avait en effet plaidé pour l'établissement d'un budget conséquent spécifique à la zone euro, et non une simple ligne dans le budget de l'UE, comme le propose Bruxelles. Mais la proposition de la Commission pourrait se heurter à la vision allemande d'une telle institution.