Le premier ministre libanais Saad Hariri revient sur sa démission

Mardi, 05 Déc, 2017

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a officiellement retiré sa démission mardi.

"Le Conseil des ministres a remercié le Premier ministre d'être revenu sur sa démission", a indiqué le gouvernement dans un communiqué lu par M. Hariri lui-même.

Saad Hariri, qui avait annoncé sa démission le 4 novembre dernier depuis l'Arabie saoudite en dénonçant le rôle déstabilisateur de l'Iran et du Hezbollah libanais, avait accepté de "suspendre" sa décision après son retour à Beyrouth.

"Moi je voudrais rester" Premier ministre, avait souligné Saad Hariri.

Catalogne : l'Espagne retire le mandat d'arrêt européen contre Puigdemont
Le juge d'instruction maintient cependant le mandat d'arrêt espagnol contre eux et ils seraient arrêtés à leur retour en Espagne, ont expliqué des sources du tribunal.

Jean d'Ormesson est mort
Il avait été élu à l'Académie française, le 18 octobre 1973, au fauteuil de Jules Romains (12e fauteuil). Sa famille appartient à la noblesse française, ce qui lui vaut de porter le titre de comte d'Ormesson.

House of Cards (Netflix) : Le tournage reprendra début 2018 sans Kevin Spacey
Ce dernier n'a pas voulu donner de date d'entrée en ondes de cette ultime saison, ou la façon dont sera traité le personnage de M. L'acteur oscarisé compte parmi les personnalités hollywoodiennes visées dans la foulée de l'affaire Weinstein .

Aussi, pour assurer la stabilité du pays dans une région secouée par les conflits, le gouvernement libanais a annoncé qu'il se refusera désormais à prendre position.

Ce texte de cinq lignes, envoyé lundi soir à l'ensemble des ministres, réaffirme également l'attachement de toutes les formations politiques représentées au gouvernement aux relations du Liban avec ses "frères arabes" et à la non-ingérence dans leurs affaires intérieures, ainsi qu'à la déclaration ministérielle, au discours d'investiture du chef de l'Etat Michel Aoun, à l'accord de Taëf, et au Pacte national.

Une telle politique était déjà prônée par ce gouvernement au moment de sa formation en 2016.

Mais l'engagement actif, depuis des années, du Hezbollah chiite au côté du régime syrien de Bachar al-Assad et les accusations saoudiennes mettant en cause son implication dans le conflit au Yémen ont mis à mal cette politique.