Sexisme à l'hôpital: la fin du tabou

Dimanche, 19 Nov, 2017

L'étude a été lancée bien avant l'émergence des hashtag #balancetonporc et #metoo sur les réseaux sociaux.

Près de 3.000 y ont répondu jusqu'au 16 octobre, dont 75% de femmes.

Les participants à cette étude sont des internes en médecine femmes et hommes.

Un carambolage spectaculaire en GT à Macao !
Un carambolage énorme a eu lieu sur le circuit de la ville (Chine), en pleine course qualificative de la FIA GT World Cup. Dans un virage, le pilote espagnol Daniel Juncadella a percuté le rail de sécurité.

Les tarifs des péages vont augmenter en 2018 — France
Les automobilistes devront donc débourser un peu plus pour leurs trajets à compter de l'année prochaine. Ou encore les projets d'infrastructures autoroutières que certaines sociétés doivent aussi financer.

Pas de surprise dans le onze à Bordeaux — OM
Diminué par un torticolis, l'ancien Lyonnais fait partie d'un groupe de 20 joueurs. Maintenant, il faudra que ça se voit dimanche".

Blagues graveleuses, gestes déplacés, harcèlement sexuel.

"C'est un climat ambiant permanent qui existe depuis le début des études". Par ailleurs, 47% des internes se déclarent victimes de sexisme au quotidien. Le sexisme n'épargne pas les étudiants en médecine, en particulier à l'hôpital et au bloc opératoire, selon les résultats d'une enquête dévoilée hier par le premier syndicat d'internes, qui appelle à "briser ce tabou". Après s'être présenté, avoir expliqué au patient sa pathologie et l'avoir examiné, le patient va demander de voir le médecin dans 7,1% des cas s'il s'agit d'un interne homme contre 60,60% des cas s'il s'agit d'une femme, précise l'ISNI.