Un bébé fait déjà 28 kilos à seulement 10 mois (vidéo) — Mexique

Mardi, 14 Nov, 2017

La vie du petit Luisito est un enfer. Ce garçon mexicain souffre d'une forme d'obésité et de diabète infantiles dont les causes ne sont pas encore connues.

À sa naissance, ce petit garçon pesait 3,5 kilos pour 52 centimètres, un poids tout à fait normal. Le cas de Luis Manuel Gonzales, 10 mois, est cependant plus compliqué. "Dès fois, nous devons le mener jusqu'à trois ou quatre fois par semaine à l'hôpital de Colima (.) Il est pénible de le voir souffrir lorsque les infirmières doivent trouver une veine dans ses petits bras aux nombreux plis", explique son papa.

Très pauvres, ses parents ne peuvent pas couvrir tous les frais médicaux de leur bébé. La première poussette que la famille utilisait pour se rendre à l'hôpital pour les prises de sang quotidiennes a cédé et il faut en racheter une autre. Ce que ne permet pas le petit salaire du père, ouvrier d'une usine locale de jus de fruits. Une pathologie qui se caractérise par une absence de régulateur de satiété, et entraînant un retard mental, une perte de force dans les muscle, des problèmes cardiaques et affectant le développement des organes sexuels.

"Au cours du premier mois, nous avons vu qu'il n'entrait déjà plus dans ses vêtements, nous devions déjà lui mettre une taille pour enfants de 2-3 ans", explique sa mère de 24 ans, Isabelle Pantoja. "Le bébé se fatigue au bout d'une demi-heure, même assis".

"Le prélèvement à la source est une bonne idée" — Gérald Darmanin
Or ces charges peuvent être atténuées avec une série de mesures de simplification, estime-t-on. Selon lui, les nouvelles règles seront mises en oeuvre "de manière sécurisée".

Trump et Poutine se mettent d'accord pour éliminer Daech en Syrie
L'occasion pour l'homme fort des Etats-Unis de revenir sur des dossiers sensibles comme le commerce, un domaine où il est loin de faire l'unanimité.

EDF dévisse en Bourse après l'abaissement de son objectif d'Ebitda 2018
Dans ce contexte, EDF accélère le déploiement du plan de performance présenté en avril 2016. Contre un objectif initial de 10,5 Mds€. À taux d'actualisation retraites constants.

Il peine même à rester assis sur sa chaise haute. Ce qui a également des effets sur la santé de la maman.

Silvia Orozco, une chirurgienne, a, il y a peu, pris contact avec les jeunes parents désemparés. Et l'espoir est permis même si l'enfant a " un foie gras, un poumon gras et un cœur gras ".

Raconte-t-elle par téléphone à l'AFP. Celle-ci aurait pu être provoquée par le manque de nutriments anti-inflammatoires ingurgité par sa mère durant la grossesse, à l'origine d'un " faible fonctionnement thyroïdien et d'un faible fonctionnement de ses glandes surrénales qui gère le métabolisme", a commenté la chirurgienne. Dans ce cas, le traitement serait hormonal - et les chances de survie de Luis, bien meilleures.