53 morts dans des frappes aériennes sur un marché — Syrie

Mardi, 14 Nov, 2017

Cinquante civils ont été tués dans les bombardements, notamment des frappes russes, qui ont visé depuis vendredi soir deux camps de déplacés et des secteurs avoisinants dans l'est de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Un peu plus tôt dans la journée, l'OSDH avait affirmé que 29 civils, dont cinq enfants, avaient perdu la vie dans la ville d'Atareb bombardée par des avions non identifiés. Elle a été la cible de trois frappes aériennes d'après l'OSDH qui s'attend à une révision à la hausse du bilan des morts en raison du grand nombre de blessés dont certains hospitalisés dans un état grave. Les destructions sont massives, avec des décombres de bâtiments jonchant les rues, a-t-il rapporté. Sur le marché, d'autres habitants, manifestement hébétés, se tenaient devant les étals de fruits et légumes encore visibles sous une pellicule de poussière.

Un cessez-le-feu est observé entre les forces du régime et les rebelles dans quatre zones de désescalade instaurées dans plusieurs régions syriennes.

Maroc/France : 9 ministres avec Edouard Philippe à Rabat
C'est d'une forte connotation économique que sera entourée la visite attendue d'Édouard Philippe, chef de gouvernement français, au Maroc, les 15 et 16 novembre.

Phishing, keylogger : Google montre que les méthodes classiques de piratage restent efficaces
En attendant la firme de Mountain View conseille lutilisation des solutions qu'elle a déjà mises en place. Tout cela dans le but de déjouer les mécanismes de sécurité mis en place par Google.

Les éventuelles raisons de la démission de Saad Hariri
Les " circonstances obscures " de son séjour à Riyad interrogent la classe politique libanaise. Vendredi, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a accusé l'Arabie saoudite de "détenir" M.

Des djihadistes ont imputé à l'aviation russe le bombardement d'Atareb, à l'ouest d'Alep. Elles sont prévues dans le cadre du processus de paix d'Astana, au Kazakhstan, parrainés par la Russie, la Turquie et l'Iran.

La localité bombardée hier se trouve dans une zone de désescalade.

Déclenché en 2011 par la répression gouvernementale de manifestations pacifiques prodémocratie, le conflit en Syrie s'est complexifié avec l'implication de pays étrangers et de groupes terroristes.