Espagne : l'ancienne présidente du Parlement de Catalogne écrouée

Lundi, 13 Nov, 2017

D'un montant de 150'000 euros, la caution réclamée à Mme Forcadell est six fois plus élevée que celle, de 25'000 euros, fixée pour cinq autres parlementaires.

Accusés par ailleurs de sédition, de rébellion et de détournement de fonds publics, Carme Forcadell et cinq autres membres du parlement catalan étaient entendus jeudi par le Tribunal suprême à Madrid. La semaine dernière, le président destitué de la Catalogne, Carles Puigdemont, a été laissé libre dans l'attente de l'examen du mandat européen émis par l'Espagne. Mais huit ex-ministres du gouvernement séparatiste catalan et deux dirigeants d'associations indépendantistes restent incarcérés près de la capitale espagnole.

Cette stratégie a démarré selon le parquet bien avant la déclaration officielle d'indépendance du Parlement catalan le 27 octobre, déclaration annulée mercredi par la Cour constitutionnelle, dans la plus grave crise qu'ait connue l'Espagne en 40 ans de démocratie.

C'est Carme Forcadell qui avait compté, un à un, les bulletins des élus qui avaient voté pour la sécession, 70 sur 135, un fait sans précédent en Espagne.

Vingt-deux policiers blessés dans des heurts
Personne n'a encore été interpellé mais la police utilisera les images des caméras de surveillance pour identifier les auteurs. Plusieurs voitures ont été incendiées, des magasins pillés et du mobilier urbain endommagé, selon la police.

Juppé prône un rapprochement avec Macron, Wauquiez est contre — Européennes
Le maire de Bordeaux se montre élogieux envers Emmanuel Macron. Je l'avais d'ailleurs utilisée pendant ma campagne ". Les compliments déroulent ensuite.

Le métro de Toulouse désormais ouvert à la 4G — Orange
Cette mutualisation a été financée par Orange , SFR, Bouygues Telecom, Free Mobile et Free avec le soutien de Toulouse Métropole. Soit dans les tunnels, sur les quais, dans les stations et dans les salles des billets.

Dans son arrêt sur ces comparutions, le juge Pablo Larrena précise que les élus ont devant lui "renoncé à toute activité politique future", ou dans le cas où ils poursuivraient leur carrière, "renoncé à tout acte hors du cadre constitutionnel".

La déclaration d'indépendance, dégradée au rang de "symbolique" ou de "politique" par Forcadell, selon les versions, a été votée par la majorité indépendantiste, le 27 octobre dernier. "Nous assistons au retour à la normalité en Catalogne". "Ils n'ont rien trahi du tout", a commenté M. Nuet, laissé libre sans contrôle judiciaire: ils ont simplement dit "des choses qui sont évidentes mais que les gens ne disent pas parce que ça ne fait pas bonne impression".

A peine libérée après avoir payé sa caution (150000 €), la présidente du parlement catalan Carme Forcadell et le président destitué de Catalogne Carles Puigdemont ont déposé hier plusieurs requêtes contre Madrid auprès de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) qui le confirme. La Cour de Strasbourg doit maintenant les examiner avant de décider si elles les sont ou non recevables.

Jeudi, le chef du gouvernement Mariano Rajoy a souhaité une forte mobilisation des adversaires à l'indépendance lors de ce scrutin, alors que la région est divisée, presque à parts égales, sur le sujet. Ils espèrent la même affluence qu'à l'occasion de la fête nationale de Catalogne, le 11 septembre, qui rassemble depuis 2012 des centaines de milliers de personnes.