Juppé prône un rapprochement avec Macron, Wauquiez est contre — Européennes

Dimanche, 12 Nov, 2017

"Un grand mouvement central pour le scrutin européen": c'est ce que souhaiterait Alain Juppé, croit savoir Sud-Ouest. À en croire ses déclarations à Sud-Ouest samedi, il n'y aurait qu'un pas. "J'ai bien aimé l'expression 'bien commun' utilisée par Emmanuel Macron pour parler des valeurs européennes. Je l'avais d'ailleurs utilisée pendant ma campagne ".

Les compliments déroulent ensuite.

Invité par l'Association de la presse diplomatique vendredi 10 novembre, l'ancien ministre des affaires étrangères Alain Juppé n'a pas seulement disserté sur les grands dossiers internationaux. "On a un président qui s'investit", se réjouit-il encore. Le maire de Bordeaux se montre élogieux envers Emmanuel Macron. Mais sans attendre, et bien que "pas convaincu que le clivage droite-gauche ait disparu", Alain Juppé se prend à souhaiter "un grand mouvement central " LREM-droite pour les élections européennes. "Mais si Macron reste dans la ligne de son discours à la Sorbonne, je ne vois pas d'incompatibilité", poursuit-il.

Bottas partira devant Vettel — Interlagos
Il a refusé de discuter du sujet, mais ses avocats ont rappelé qu'une telle manoeuvre était légale. Dans chacune des séances, il a devancé son coéquipier chez Mercedes Valtteri Bottas .

Le métro de Toulouse désormais ouvert à la 4G — Orange
Cette mutualisation a été financée par Orange , SFR, Bouygues Telecom, Free Mobile et Free avec le soutien de Toulouse Métropole. Soit dans les tunnels, sur les quais, dans les stations et dans les salles des billets.

Marquez en pole devant Zarco, Dovizioso 9e — GP de Valence
Reste que le Catalan est le seul a être passé sous la barre des 1'30 avec un chrono de référence de 1'29.897. Sur le podium à Sepang , on espère que le Français pourra rééditer l'exploit demain à Valence.

Une telle alliance ne déplaira pas, assurément, au Premier ministre Edouard Philippe, toujours en bon terme avec le maire de Bordeaux, qu'il a soutenu plusieurs années, jusqu'aux primaires à droite de 2016. N'ayant fait part de son soutien à aucun candidat - et cela malgré la candidature du jeune juppéiste Maël de Calan - Alain Juppé se montre en revanche sévère envers l'ultra-favori Laurent Wauquiez. "Ce que je dis, c'est qu'on va avoir des débats sur l'Europe", a-t-il conclu.

Rappelant qu'il s'est fixé "trois lignes rouges " pour rester à LR - pas de rapprochement avec le FN, les questions de société et l'Europe - Alain Juppé a constaté que " le feu est passé au rouge" s'agissant du "copinage avec le FN" et s'est inquiété d'un "discours populiste". "Ce discours m'insupporte, commente-t-il". Emmanuel Macron venait de lui serrer la main dans l'une des tribunes officielles, et s'attardait pour en serrer d'autres. "Je pense que cette proposition est une erreur", "nous ne partageons pas la même vision de l'Europe qu'Emmanuel Macron, en particulier sur l'élargissement éventuel de l'Union européenne", a-t-il rétorqué sur France 3.