Catalogne: la présidente du parlement écrouée pour "rébellion"

Dimanche, 12 Nov, 2017

Carme Forcadell et cinq autres élus avaient été entendus plus tôt dans la journée.

" Elle est sortie ", a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère au sujet de Carme Forcadell qui a versé une caution de 150.000 euros pour pouvoir sortir de la prison proche de Madrid où elle avait été écrouée. "Vous n'êtes pas seuls!", disaient les uns aux élus indépendantistes, "Puigdemont (président indépendantiste destitué) en prison", hurlaient les autres. Elle a aussi expliqué que la déclaration d'indépendance était sans effets juridiques, selon des sources ayant assisté à l'interrogatoire.

Carme Forcadell, une indépendantiste de la première heure, avait compté, un à un, les bulletins des élus qui avaient voté pour la sécession le 27 octobre.

La présidente du Parlement catalan avait auparavant été accueillie par les cris de manifestants pour et contre l'indépendance.

De son côté, le président catalan destitué, Carles Puigdemont, se trouve actuellement en Belgique avec quatre ex-ministres de son gouvernement, dans l'attente de l'examen par la justice belge d'un mandat d'arrêt européen émis par l'Espagne.

Gain de cause pour le roi Mohammed VI — Affaire de chantage
C'était l'avance sur deux millions d'euros convenus avec l'avocat du Maroc pour renoncer à publier un livre polémiste sur le Maroc.

Des traces de ruthénium-106 décelées à Ajaccio — Radioactivité dans l'atmosphère
L'absence de tout autre radionucléide artificiel conduit à écarter l'hypothèse d'un rejet issu d'un réacteur nucléaire. Depuis le 13 octobre 2017, le ruthénium-106 n'est plus détecté en France.

Bottas partira devant Vettel — Interlagos
Il a refusé de discuter du sujet, mais ses avocats ont rappelé qu'une telle manoeuvre était légale. Dans chacune des séances, il a devancé son coéquipier chez Mercedes Valtteri Bottas .

"Carme Forcadell ira cette nuit en prison pour avoir permis le débat démocratique".

La Cour, compétente s'agissant de parlementaires, a jugé recevable la demande d'enquête du parquet sur de possibles faits de rébellion ou sédition, voire de malversations de fonds, délits commis en vue de déclarer l'indépendance. Ce jeudi, la dirigeante indépendantiste du Parlement catalan a été placée en détention provisoire jeudi, après une décision de la Cour suprême.

Pour l'heure, huit membres du gouvernement séparatiste destitué par Madrid sont déjà inculpés et écroués.

De son côté, l'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International ne considère pas les hommes et femmes politiques écroués comme des "prisonniers d'opinion". Le délit de rébellion est passible en Espagne de 15 à 30 ans de prison, et celui de sédition d'un maximum de 15 ans.