Nouvelles révélations sur son état de santé — Stromae

Samedi, 11 Nov, 2017

Heureusement pour Stromae, il a pu compter sur l'aide de sa femme, Coralie Barbier, et son frère Luc Junior Tam pour s'en sortir. Il se confie dans Malaria Business, un documentaire inédit que diffusera France Ô dans son magazine Investigatiôns le 29 novembre à 20h55 et dont Purepeople.com vous propose en exclusivité de découvrir un extrait.

"J'ai subi des effets secondaires du Lariam".

Le coup de gueule du pape François en pleine messe
"Le prêtre qui dirige la cérémonie dit "Elevons nos cœurs". "Je vois que quand je célèbre la messe, ici où là, il y a des gens qui passent leur temps sur leurs téléphones".

Des traces de ruthénium-106 décelées à Ajaccio — Radioactivité dans l'atmosphère
L'absence de tout autre radionucléide artificiel conduit à écarter l'hypothèse d'un rejet issu d'un réacteur nucléaire. Depuis le 13 octobre 2017, le ruthénium-106 n'est plus détecté en France.

Gain de cause pour le roi Mohammed VI — Affaire de chantage
C'était l'avance sur deux millions d'euros convenus avec l'avocat du Maroc pour renoncer à publier un livre polémiste sur le Maroc.

Ses confessions auprès de Libération en octobre avaient fait grand bruit: "Je perds la boule complètement, c'est vraiment pas chouette", avait-il partagé dans un entretien. Victime des effets secondaires d'un traitement contre le paludisme, l'interprète en souffre encore aujourd'hui et mène un véritable combat contre ses crises d'angoisse.

En juin 2015, en pleine tournée africaine pour "Racine Carré Tour", le chanteur belge avait dû être rapatrié en urgence de la République démocratique du Congo. J'étais stressé, j'étais épuisé. Tout prédisposé à péter un plomb, mais l'accélérateur c'était le Lariam. Pendant les concerts, je ne m'en rendais pas compte, on n'a pas le recul. Et d'ajouter: "Je pèse bien mes mots quand je vous dis ça". "J'ai peu de regrets dans ma vie, mais, si je pouvais revenir en arrière et éviter de prendre du Lariam, je le ferai sans hésiter", expliquait-il à Marianne en septembre. Il s'est rendu compte qu'il y avait un truc qui n'allait pas. "C'est de la paranoïa, c'est plein de trucs" se souvient-il. Avant de poursuivre: "Et je pense que s'il n'avait pas été là, je me serais sans doute suicidé cette nuit-là. S'il n'avait pas été là, je ne pense pas que je pourrais vous parler aujourd'hui", révèle-t-il.