Facebook teste un nouveau dispositif contre le "revenge porn" — Australie

Mercredi, 08 Nov, 2017

Si vous craignez qu'une photo privée soit mise en ligne, il suffira de l'envoyer au réseau social avant toute publication.

En Australie, Facebook teste un nouvel outil de lutte contre le revenge porn, une pratique qui consiste à diffuser des images sexuellement explicites d'un individu, sans son accord.

Pour empêcher les canailles de sévir, Facebook propose ainsi à un groupe d'utilisateurs en Australie et dans trois autres pays de se protéger contre la diffusion de photos les présentant en petite tenue, voire dans le plus simple appareil, en leur demandant au préalable d'envoyer eux-même un autoportrait en costume d'Eve ou d'Adam. Le réseau social "empêcherait alors quiconque de télécharger l'image en question sur la plateforme grâce à une technologie de reconnaissance", poursuit Numerama. Le revenge porn, une technique à laquelle Facebook a décidé de s'attaquer.

Disney en pourparlers pour racheter la 20th Century Fox
UBS pense qu'un regroupement des contenus de Disney et Fox pourrait au contraire renforcer la logique d'un rachat de Sky.

Une aide efficace au sevrage — L'e-cigarette
Et il était plus fortement associé à une réduction de la consommation de tabac chez les fumeurs les plus dépendants. Vapoter serait efficace pour aider à réduire sa consommation de tabac , mais moins pour arrêter définitivement.

Tours : 691 contribuables payent l'ISF selon l'administration fiscale
A partir du 1er janvier 2018, le célèbre et souvent controversé impôt sur la fortune sera remplacé par l'impôt sur la fortune immobilière.

En avril dernier, Facebook avait déjà déjà renforcé sa politique de lutte contre la "revanche pornographique". Des employés de Facebook associeront alors chaque fichier à une "empreinte digitale", rendant impossible leur publication sur le réseau social ainsi que sur Instagram, également une propriété de la compagnie.

"La sécurité et le bien-être de la communauté de Facebook sont notre priorité absolue", a affirmé Antigone Davis, en charge de la sécurité globale de Facebook, sur ABC. "Ces outils, développés en partenariat avec des experts mondiaux de la sécurité, sont un exemple de la manière dont nous utilisons une nouvelle technologie pour assurer la sécurité des personnes et prévenir des préjudices", ajoute-t-elle.