Plus de 140 produits contrôlés contiennent des conservateurs interdits et dangereux — Cosmétiques

Vendredi, 27 Oct, 2017

Salle de bains toxique.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes annonce ce jeudi avoir retiré des rayons 140 références de produits cosmétiques contenant des substances interdites, après des contrôles menés suite à une enquête d'UFC-Que Choisir publiée en juin.

La découverte de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes fait froid dans le dos. Au vu des résultats obtenus, et du nombre particulièrement important de références contenant des substances interdites retrouvées dans les rayonnages, la DGCCRF va maintenir une vigilance renforcée sur ces sujets.

Toutefois, "ces produits ont fait l'objet d'une prescription de retrait immédiat", a indiqué la DGCCRFdans un communiqué.

L'enquête de la DGCCRF a notamment permis d'identifier des traces de methylisothiazolinone (MIT) et d'isobutylparaben, deux substances interdites depuis respectivement le 12 février 2017 et depuis le 30 juillet 2015, en raison des réactions allergiques qu'elles peuvent causer. La Répression des fraudes n'indique pas les références incriminées.

Mannarino dernier rescapé bleu à Bâle s'offre un quart contre Federer
Roger Federer a fait du Roger Federer , Benoît Paire a fait du Benoît Paire . "Cela fait du bien". Il a même terminé son récital sur un jeu de retour.

Masters de Singapour : Wozniacki corrige Halep
Si elle l'emporte et que Halep s'incline devant Svitolina, elle décrocherait alors le second billet dans le groupe rouge. Halep, qui avait battu Caroline Garcia pour son premier match (6-4, 6-2), subit sa première défaite dans la compétition.

Laurent Wauquiez célèbre la France enracinée
En meeting dans les Alpes-Maritimes, le candidat à la présidence de LR a dit préférer " ce vieux pays si émouvant au triste village global ".

Enfin, deux fabricants ont été épinglés pour avoir "poursuivi l'utilisation et la commercialisation de ces conservateurs" après leur interdiction.

"Au cours de ses investigations, la DGCCRF a observé que de " nombreux lots " portaient d'anciennes étiquettes mentionnant la présence de substances interdites " alors même que les produits avaient été reformulés et n'en contenaient plus ".

En fait, quelques produits contenaient bien les conservateurs incriminés.

"Soit certains distributeurs (gérants de commerce de type " bazar ") avaient une connaissance parfois limitée de la réglementation applicable aux produits cosmétiques". "Des procès-verbaux d'infraction seront transmis prochainement à la justice".

Mais d'autres cosmétiques contiennent effectivement ces substances interdites, soit parce que certains fabricants ont essayé d'écouler leur stock jusqu'à l'entrée en vigueur de l'interdiction, soit parce qu'ils ont tout simplement ignoré cette interdiction.