La mère d'un djihadiste condamnée à 2 ans de prison

Jeudi, 28 Sep, 2017

"J'ai une petite de 9 ans, je suis en CDI, j'ai un crédit en cours, j'ai la vie de monsieur et de madame tout le monde, je ne constitue aucun danger pour l'Etat français. mais il y a urgence pour me mettre en prison!" Elle est la mère d'un jeune djihadiste mort en Syrie en août 2016.

Lorsque Nathalie Haddadi, conseillère commerciale en Alsace de 43 ans, a financé à plusieurs reprises les voyages de son fils pourtant visé par une interdiction de sortie du territoire à l'issue d'une peine d'emprisonnement, savait-elle qu'il s'apprêtait à rejoindre Daech en Syrie?

Cette femme a précisé avoir payé des billets d'avion à son fils " pour ses vacances" en Malaisie.

Devant la presse, elle avait dénoncé le jour de l'audience "une double peine", la perte d'un fils et ce procès.

Elle était aussi accusée d'avoir caché aux autorités le passeport de son fils et, surtout, de lui avoir ensuite payé d'autres billets d'avion et fait parvenir quelque 2.800 euros alors qu'il voyageait en Malaisie.

Mikkelsen confirmé pour 2 ans chez Hyundai — WRC
Nous sommes heureux de l'avoir avec nous comme titulaire pour deux saisons complètes. " Il a déjà pu tester la Hyundai i20 Coupé WRC et nous a fourni des retours positifs et utiles ".

Your Name adapté en film live par JJ ABRAMS
Elle est loin d'imaginer pouvoir vivre l'aventure urbaine dans la peau de... J'attends de voir le film avec beaucoup d'impatience. Toho traitera la distribution du film au Japon.

OFFICIEL - Leonardo nouvel entraîneur d'Antalyaspor
Quatre ans après avoir quitté le PSG (suite à un coup d'épaule sur un arbitre), Leonardo va reprendre du service . Le retour de "Leo", 48 ans, est attendu depuis un moment.

Quand cet enfant délinquant, radicalisé derrière les barreaux, était sorti de prison en juillet 2015, "j'avais peur" qu'il aille en Syrie, avait-elle expliqué à la barre. Pour la même raison, trois ans d'emprisonnement avec mandat de dépôt ont été requis contre le meilleur ami du djihadiste.

Poursuivie pour financement du terrorisme, Nathalie Haddadi attend ce jeudi après-midi le jugement du tribunal correctionnel de Paris la visant. Me Denis concède que "le procès s'est tenu dans des conditions que je qualifierai d'indignes" à la fois à cause de la durée de l'audience et du comportement "odieux" de la présidente.

Sa condamnation n'a pas été assortie d'un mandat de dépôt.

Un an d'emprisonnement, dont six mois avec sursis, avait en outre été requis à l'encontre de son fils cadet, accusé lui aussi de financement.

Le tribunal correctionnel n'a en revanche pas ordonné son incarcération immédiate, comme l'avait requis le procureur lors de l'audience, le 5 septembre. Contre Belabbas Bounaga, jugé par défaut en l'absence de certitude sur sa mort, le procureur a demandé 10 ans de prison et un mandat d'arrêt.