RDC: au moins 34 réfugiés burundais tués par les tirs de militaires

Samedi, 16 Sep, 2017

Nous déplorons la mort d'un militaire Fardc et de 18 réfugiés " burundais, a-t-il ajouté.

Les victimes ont succombé aux tirs de militaires lors d'"échauffourées " entre les deux groupes, selon un bilan provisoire des autorités provinciales du Sud-Kivu. Selon Jean-Chrysotome Kijana, un militant de la région, les forces congolaises ont ouvert le feu vendredi lorsque des réfugiés ont tenté de libérer plusieurs des leurs qui avaient été arrêtés par les services de renseignement, dans ce camp situé dans la ville de Kamanyola.

"Les Forces armées de la RDC (Fardc) ont voulu disperser vendredi à Kamanyola des réfugiés " en tirant des balles en l'air, mais ils ont été débordés par les jets de pierres ", a déclaré à l'AFP Josué Boji, directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur du Sud-Kivu".

IPhone 8 and iPhone 8 Plus prices announced on Sky Mobile
If you're looking to purchase the iPhone 8 or iPhone 8 Plus outright, you might as well buy direct from Apple. Boost Mobile announced today that it will offer the new generation iPhone 8 and iPhone 8 Plus .

La justice interdit l'autodétermination de la Catalogne — Espagne
Jordi Sanchez, président de l'ANC, a déclaré au Monde : "Nous avons la force des gens avec nous et la capacité de les mobiliser". Et de conclure: "Mariano Rajoy et Carles Puigdemont doivent retourner à la table des négociations pour trouver un accord".

Washington prolonge l'allègement des sanctions contre l'Iran
En réaction, le ministre des Affaires étrangères iranien, Javad Zarif, a indiqué que l'accord iranien n'était pas renégociable. Enfin, Donald Trump devrait rencontrer les dirigeants de Turquie, d'Afghanistan et d'Ukraine jeudi.

Une porte-parole de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco), Florence Marchal, a fait état d'un bilan, également provisoire, de 18 morts et 50 blessés.

Pour sa part, un réfugié burundais a déclaré qu'ils ont décompté 31 personnes tuées et au moins 105 blessés. La majorité d'entre eux sont des adeptes de la prophétesse Zebiya, qui assure avoir des visions de la Vierge dans le nord du Burundi. Ces violences ont déjà fait de 500 à 2 000 morts, selon les sources (ONU et ONG), des centaines de cas de disparition forcée et de torture et ont poussé à l'exil plus de 400 000 Burundais.

Dans une série de tweets, Alain-Aimé Nyamitwe a dit sa consternation et a demandé au Haut-Commissariat des nations pour les réfugiés (UNHCR) et à la MONUSCO un éclairage sur les circonstances de cet événement.