Vidéo anti-ours: l'ouverture d'une enquête

Vendredi, 15 Sep, 2017

Il y a quelques semaines des agents de l'Office national de la chasse et la faune sauvage ont été agressés par des hommes armés alors qu'ils se rendaient sur le terrain pour constater des dégâts commis par l'ours. Une mise en scène menaçante au service d'un message: ces hommes annoncent leur intention de chasser l'ours, au mépris de la loi.

La vidéo d'une durée inférieure à deux minutes, a été reçue jeudi, sur clé USB dans une enveloppe anonyme, par plusieurs médias ariégeois. "Alors, nous avons décidé de rouvrir la chasse à l'ours en Ariège et de mener une résistance active face aux agents de l'Etat", continue le texte. Ainsi naissait la guerre des Demoiselles en Ariège. Par l'introduction d'ours slovènes puis la création d'une pouponnière leur permettant de se multiplier, l'Etat français met en place une gestion du territoire où peu à peu il limite aux hommes, aux femmes de la montagne l'accès, la liberté d'être, de faire, de travailler. "Aujourd'hui, face à l'agression, les Demoiselles sont de retour", clame la voix. Canular ou vraie revendication, cette vidéo, qui rappelle certaines conférence de presse d'indépendantistes corses, n'a pas encore été authentifiée mais la préfecture de l'Ariège a indiqué avoir transmis la vidéo à la procureure de Foix pour "engager des poursuites judiciaires".

Le groupe Bigard provoque un tollé en refusant de répondre aux députés
Sur Twitter, plusieurs députés En Marche présents à l'audition se sont étonnés du silence de l'industriel. La loi vous oblige à déposer vos comptes.

Disparition de Maëlys : les parents reçus par les juges
C'est là que le principal suspect , âgé de 34 ans et présent au mariage où a disparu Maëlys , réside avec ses parents. Cet appel aux dons est organisé par d'anciennes camarades de l'école d'infirmières de la mère de la petite fille.

Ryanair, la justice tranche
Le droit irlandais restera d'application, rappelle la compagnie, qui précise aussi que certaines dispositions de ce droit irlandais du travail sont plus favorables pour les travailleurs que le droit belge, par exemple.

La peine maximale encourue est de 5 ans de prison, 75.000 euros d'amende et interdiction de détenir des armes. Une enquête est ouverte pour menace de mort. "Cette simagrée d'organisation terroriste, s'il ne s'agit pas d'un canular, porte préjudice à tous ceux qui défendent le développement des territoires ruraux et de montagne", a-t-elle écrit par le biais d'un communiqué appelant les responsables professionnels, institutionnels et politiques à marquer leur désaccord avec "ceux qui franchissent la ligne de l'illégalité".

Le programme de réintroduction de l'ours dans les Pyrénées, qui a débuté en 2016, fait l'objet d'une forte opposition de la population locale et notamment des éleveurs qui estiment à plus de 300 les pertes de brebis imputables au plantigrade durant l'été 2017 en Ariège. Ces opposants à la présence d'ours dans les Pyrénées affichent clairement leur volonté de rébellion.