Une femme à la tête du pays pour la première fois — Singapour

Mercredi, 13 Sep, 2017

Halimah Yacob, mère de cinq enfants, sera investie jeudi pour un mandat de six ans.

Une musulmane issue de la minorité malaise a été choisie mercredi 13 septembre pour devenir la première femme présidente de Singapour.

Toutefois, l'événement a été assombri par des critiques qui ont dénoncé son accession sans élection à ce poste honorifique dans l'archipel d'Asie du Sud-Est.

Elle a été élue présidente du Parlement en 2013 où elle était déjà la première femme à occuper ce poste.

Macron en chef de chantier aux Antilles — Irma
Le gouverneur de Floride, Rick Scott, a invité toutes les personnes se trouvant dans des zones d'évacuation à partir sur le champ. La tempête apportait toutefois des pluies susceptibles de générer des inondations et des glissements de terrain.

A Saint Martin, c'est lit de camp et seau d'eau pour Macron
Sur les 21 écoles que compte Saint-Martin, seules " trois restent entières ". Le Premier ministre a lui garanti la " mobilisation totale " de l'exécutif.

Ligue 1. Les maillots mal orthographiés envoyés à Montpelier aux États-Unis
Les supporters qui avaient déjà acheté leur maillot ont pu l'échanger ou se faire rembourser. Montpelier, qui s'écrit bien avec un "L", dans le Vermont, aux Etats-Unis.

Halimah Yacob, nouvelle présidente de Singapour. D. R. La communauté chinoise est l'ethnie majoritaire à Singapour.

Même si les Singapouriens sont habitués à ce type d'élection gagnée d'avance, étant sous le joug du même parti politique, le PAP, depuis 52 ans, nombre sont ceux qui souhaitaient à tout prix exercer leur droit de vote et qui étaient en colère d'apprendre que Mme Yacob était la seule prétendante au poste. Ancienne présidente du Parlement, Halimah Yacob a été automatiquement qualifiée avec son mandat de députée, elle ne faisait pas figure d'outsider. Son engagement syndical remonte à 1978 lorsqu'elle a rejoint le Congrès national des syndicats. Elle a démissionné en août pour se lancer dans la course à la présidentielle à l'issue de laquelle elle a accédé à la fonction suprême, succédant à Tony Tan Keng Yam, président depuis 2011.

L'annonce de sa nomination a provoqué des critiques sur les réseaux sociaux. "À partir de maintenant, je vais l'appeler Présidente Privilégiée ", a renchéri un autre utilisateur du site, Joël Kong. "Qu'il y ait eu élection ou pas, je m'engage à servir tout le monde", a-t-elle déclaré.