La région et les départements veulent prendre la main — Canal Seine Nord

Mercredi, 13 Sep, 2017

Si l'État semble vouloir geler le Canal Seine Nord pour des raisons d'économies, la Région Hauts-de-France et les départements concernés restent mobilisés.

Les élus locaux font le forcing pour sauver le canal Seine-Nord-Europe. Le Premier Ministre Édouard Philippe a déjà pointé du doigt le problème de l'emprunt de 776 millions d'euros.

Par ailleurs, ces élus ont "confirmé" leur proposition faite en juillet, de prendre le relais financier de l'Etat jusqu'en 2019 pour permettre le démarrage du projet. "Cet établissement public est aujourd'hui géré par l'État", rappelle Xavier Bertrand.

Second construction crane collapses in Florida as Hurricane Irma rages on
While a second Reddit user suggested a specific address saying, "Found it, should be this house: 432 NE 27th St Miami , Florida ". After striking the Keys, the centre of the hurricane, known as the eye, made its way up the southwestern coast of Florida .

Livret A. Le gouvernement veut stabiliser son taux, dit Édouard Philippe
La semaine prochaine, lors de la présentation du plan pour le Logement les Français en sauront davantage sur cette mesure . Actuellement, le livret A est à un taux historiquement bas.

Juncker veut une autorité commune — Travailleurs détachés
Cette proposition cible tout particulièrement les investisseurs chinois, dont l'appétit pour les entreprises industrielles de pointe européennes a beaucoup inquiété ces dernières années.

"Nous avons donc proposé de garantir l'emprunt". Les élus ont demandé la réunion d'un groupe de travail "dès la semaine prochaine, pour voir dans quelles conditions on est capables d'opérer cette transformation juridique", avec un rendu "pour la mi-octobre". Or l'État estime que le financement du canal (4,7 milliards d'euros) n'est pas totalement bouclé.

Au total, le montage financier validé en novembre répartit le budget du Canal Seine Nord entre l'Union Européenne (1,8 milliard d'euros), l'État français (1 milliard), les collectivités (1 milliard) et l'emprunt (0,7 milliard). Les ministres ont rappelé que cette pause doit permettre de conduire à partir du 19 septembre des Assises nationales de la mobilité, afin de concerter les grandes orientations de la politique de mobilité.

Offensif, Xavier Bertrand donne un mois au gouvernement et au président de la République pour valider cette relance du projet.