Encres de tatouage : des nanoparticules dans le corps

Mercredi, 13 Sep, 2017

Les encres des tatouages se déplacent dans le corps et restent stockées dans les ganglions, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale Scientific Reports.

C'est en passant des tatoués au scanner et à l'IRM que ces chercheurs ont découvert que du dioxyde de titane, que l'on trouve dans les encres de tatouage, se retrouvait. dans leurs ganglions!

D'après des chercheurs du Synchrotron européen de Grenoble (ESRF), qui ont travaillé en collaboration avec ceux de l'Institut fédéral allemand pour l'évaluation des risques à Berlin, et l'Université Ludwig-Maximilians de Munich ainsi que du Physikalisch-Technische Bundesanstalt de Brunswick, les encres et pigments utilisés pour les tatouages se promènent dans le corps.

Les effets secondaires de la présence de ce pigment (oxyde) blanc qui sert de base pour certaines nuances de couleur sont déjà bien connus.

" "Séville accuse Paris de " faire voler en éclats " le FPF — PSG
Après le président de la Ligue de Football Espagnol, c'est au tour de José Castro , président du FC Séville de sortir du bois. Pour lui, le club de la capitale française surestime les estimations de revenus qu'il présente pour la saison 2017/2018.

Paris 2024 : les JO en France, une aubaine pour le BTP…
La plupart des élus concernés sont partis plusieurs jours afin de préparer cette dernière étape. Vue des installations temporaires prévues sur le Trocadéro pendant les JO 2024.

Sept départements du Nord-Est en alerte — Pluie-inondation
Il est attendu jusqu'à trois semaines à un mois de pluie en une nuit. L'épisode pluvieux doit commencer à 18h ce mercredi soir .

Le TiO2 est aussi couramment utilisé dans les additifs alimentaires, les crèmes solaires, les peintures. Pour l'Esrf, "Cela peut conduire à un gonflement chronique et à une exposition permanente (...) La cicatrisation lente, le gonflement localisé de la peau, les démangeaisons parfois constatées après un tatouage, sont autant d'effets indésirables associés à des tatouages blancs, et donc à l'usage du dioxyde de titane". "Notre étude montre qu'il le faudrait".

Jusqu'à présent, les dangers potentiels du tatouage n'avaient été étudiés que par des analyses chimiques menées in vitro sur les encres.

Ce sont les rayons X ultra-puissants de deux lignes de lumières du synchrotron de Grenoble qui ont permis de mettre en évidence le transport des nanoparticules des encres par le sang, mais aussi les fluides lymphatiques avant dépôt dans les ganglions. Mais "ce que nous ne savions pas, c'est que les pigments voyagent dans le corps sous une forme nano (.) et c'est le problème: nous ne savons pas aujourd'hui comment les nanoparticules réagissent", explique Bernhard Hesse de l'ESRF, auteur principal de l'étude.

En effet, certains des composants des encres utilisées pour les tatouages ont été retrouvés dans les ganglions lymphatiques de personnes tatouées. Et de lier éventuellement ces effets aux propriétés des pigments utilisés pour colorer leur peau.