À Toulouse. Macron en rajoute sur " les fainéants "

Lundi, 11 Sep, 2017

L'ancien candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon a réagi sur le plateau de BFMTV ce 11 septembre aux récents propos d'Emmanuel Macron sur "les fainéants, les cyniques et les extrêmes", que seraient les opposants à la réforme du code du travail.

En déplacement lundi à Toulouse, le président de la République Emmanuel Macron a déclaré qu'il ne regrettait "absolument pas" l'usage du mot "fainéants" prononcé vendredi à Athènes, en Grèce.

Loi travail : quelques perturbations ce mardi dans les transports en commun
De nombreux salariés des transports sont appelés à la grève à partir de ce lundi 11 au soir et pour la journée de mardi 12. De même, sur le réseau Intercités, selon les destinations, les prévisions vont de 1 train sur 2 à 9 trains sur 10.

Irma : "Ne tirez pas sur l'ouragan", implorent les autorités en Floride
Ainsi, samedi, le shérif du comté de Pasco, en Floride , a dégainé son téléphone et twitté un message d'avertissement. La page de l'événement a rapidement été inondée de 'memes' par des internautes approuvant avec enthousiasme l'idée.

PSG : L'incroyable et terrifiante confidence du patron de l'UEFA sur le PSG !
Et les "puissants " semblent prêts à tout pour stopper le club de la Capitale et ses moyens sans limite. Le Paris Saint-Germain débutera mardi à Glasgow son parcours européen.

Mais ce n'est pas la première fois que l'actuel chef de l'Etat utilise ce terme. "Je ne l'ai pas fait avec l'esprit de polémique", a-t-il expliqué en marge d'une visite d'un centre d'hébergement.

Celui qui va manifester contre la loi Travail aux côtés des syndicats et des forces politiques comme celle de Jean-Luc Mélenchon poursuit sa diatribe avec un gimmick pour qualifier Emmanuel Macron: immature. "Il faut écouter le discours avec calme et apaisement, c'est une fausse polémique, je n'ai jamais été dans l'invective", a souligné le locataire de Matignon en répondant à un journaliste de Quotidien. La phrase ayant suscité de nombreuses critiques, notamment dans les rangs des syndicats et de la France Insoumise, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner s'était empressé de monter au créneau pour expliquer qu'Emmanuel Macron désignait "ceux qui n'ont pas eu le courage de faire les réformes nécessaires".