Régimes spéciaux de retraites : Emmanuel Macron envisage de réformer la SNCF

Четверг, 07 Сен, 2017

L'État pourrait reprendre cette dette à son compte, ce qui allègerait considérablement le groupe et lui permettrait de relancer l'investissement - indispensable alors que l'ouverture à la concurrence sera opérationnelle à partir de décembre 2019.

A court terme, M. Macron, qui propose en échange que l'Etat reprenne la dette de la SNCF et accentue les investissements publics vers l'entretien des lignes, met l'accent sur la suppression à partir de l'an prochain des régimes spéciaux de retraite, auxquels sont notamment soumis les cheminots. Mais en contrepartie, Emmanuel Macron n'y est pas allé par quatre chemins: il entend supprimer les régimes spéciaux de retraite.

" Ce qui a été acquis dans les régimes passés reste acquis et vous cotisez à un nouveau régime". Selon le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, il ne s'agit que de "pistes de réflexion". Je pense que c'est très important, parce que cela va redonner de la confiance dans le système", a affirmé M. Macron, évoquant un "top départ " de la réforme à la mi-2018 ou début 2019.

La réforme du régime spécial des cheminots fait partie de "l'ensemble du projet de réforme des retraites ", qui fera l'objet "d'une loi cadre qui sera présentée à l'été 2018, avec une montée en puissance dans les 10 ans qui viennent", a ajouté M. Castaner.

Читайте также: Mourinho estime que le transfert de Neymar a "tout changé" — Manchester United

Quant à une reprise de la dette de la SNCF, évoquée par Emmanuel Macron, ce sujet "fait partie de la discussion globale avec la SNCF et sera plutôt discuté dans le cadre des Assises de la mobilité", qui seront lancées le 19 septembre, a précisé M. Castaner. Élisabeth Borne, la ministre des Transports, a assuré de son côté qu'à cette occasion, une large concertation aura lieu avec les cheminots. C'est un sujet très sensible pour le personnel de l'entreprise ferroviaire, qui doit aussi se préparer à l'ouverture à la concurrence.

"L'Unsa-ferroviaire a jugé " intellectuellement malhonnête " de mettre " en parallèle le financement du ferroviaire avec les acquis sociaux des cheminots ".

"Le président aborde également la fin prochaine du monopole de la SNCF au moment où deux sénateurs ont présenté mercredi une proposition de loi qu'ils espèrent voir débattue avant la fin de l'année". "(...) La concurrence va aider SNCF dans les évolutions qui sont déjà en cours", a estimé le chef de l'Etat.

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2018 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог