Pour un général nord-coréen, Donald Trump a perdu la raison

Vendredi, 11 Aoû, 2017

Le président des États-Unis Donald Trump a défendu jeudi sa formule controversée de mise en garde à la Corée du Nord à qui il a promis " le feu et la colère ", estimant qu'elle n'était " peut-être pas assez dure ". "La partie chinoise appelle toutes les parties à continuer sur la voie d'une résolution pacifique de la question nucléaire dans la péninsule coréenne, et à éviter les paroles et actions susceptibles d'intensifier les contradictions et d'aggraver la situation", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans une déclaration à l'AFP.

'Il est grand temps que quelqu'un parle haut et fort pour les habitants de notre pays et les habitants d'autres pays', a-t-il déclaré à la presse depuis son golf de Bedminster, dans le New Jersey, où il passe des vacances. Donc, on ne peut exclure que le Nord mette ce projet en application.

Plus mesuré, le ministre américain de la défense, Jim Mattis, a insisté jeudi sur la nécessité d'obtenir "des résultats diplomatiques ". Dans ce document, il est dit que quatre missiles pouvaient être tirés à n'importe quel moment en direction du territoire américain de Guam, dans le Pacifique. "Nous nous préparons à de nombreux scénarios différents (...) Nous verrons ce qui se passera", s'est-il contenté de déclarer.

Pékin doit "faire clairement savoir que si la Corée du Nord envoie des missiles menaçant le sol américain en premier lieu et que les Etats-Unis réagissent, la Chine restera neutre", a de son côté affirmé vendredi le Global Times, un quotidien officiel chinois au ton nationaliste.

Trump affirme que sa mise en garde envers Pyongyang n'était « peut-être pas assez dure »

Le général Kim Rak Gyom, commandant du Corps stratégique de l'Armée populaire de Corée (APC), a affirmé dans un discours que le Corps étudiait le plan "de tirs d'encerclement autour de l'île de Guam", qui est à ses yeux "une action pratique pour frapper les bases américaines à Guam".

En 1962, l'installation de fusées nucléaires soviétiques à Cuba avait provoqué une surenchère et fait craindre à la planète une guerre atomique. Mais le président américain a manifestement décidé cette semaine lâcher les chevaux. Les engins s'abîmeraient ainsi à l'extérieur des eaux territoriales américaines. Guam est également équipé d'un bouclier antimissiles THAAD.

En attendant, il semble bel et bien que, sous les yeux éberlués des internautes du monde entier, Donald Trump ait démarré sa "tweetième guerre mondiale" sur son canal de communication préférée.

Le Maroc officiellement candidat à l'organisation de la Coupe du monde 2026
Rappelons que dès l'édition 2026, la Coupe du monde rassemblera 48 sélections nationales, au lieu de 32 actuellement. C'est officiel! Le Maroc est candidat pour accueillir la Coupe du Monde 2026 .

Pyongyang précise ses menaces et juge Trump "dépourvu de raison"
Le régime a, par ailleurs, surenchéri dans sa confrontation avec Donald Trump , en l'accusant d'avoir "perdu la raison ". Selon lui, "l'arsenal nucléaire américain est plus fort et plus puissant que jamais auparavant".

Circulation: Bison futé voit rouge et noir ce week-end
La journée est classée verte au niveau national, mais orange en Auvergne-Rhône-Alpes. Dans le sens des retours , la circulation sera difficile au niveau national.