Winnie l'Ourson, accusé de ressembler au président Xi Jinping, censuré en Chine

Lundi, 17 Juil, 2017

Dans son édition en ligne du 16 juillet, le Financial Times rapporte que toute mention de Winnie l'ourson, le célèbre personnage au polo rouge qui raffole du miel, est désormais censuré sur les réseaux sociaux chinois.

La censure d'une image moquant le Président chinois peut sans doute s'expliquer par la tenue, à l'automne, du 19ème congrès du PCC (Parti Communiste Chinois) qui doit décider de la nomination du Bureau Politique.

La Chine ne rime pas avec démocratie et une nouvelle preuve nous a été dévoilée.

Winnie l'Ourson a-t-il été censuré en Chine?

Une femme tuée au Venezuela en pleine consultation contre Maduro
Plus de 7,18 millions de Vénézuéliens ont participé dimanche au référendum organisé par l'opposition contre le président Maduro.

La ministre de l'Enseignement supérieur dénonce un "énorme gâchis"
La Conférence des présidents d'université (CPU), elle, se prononce clairement en faveur de "prérequis". La plateforme APB est dans le viseur du gouvernement.

Ille-et-Vilaine: battue et séquestrée par son compagnon pendant 2 ans
Une enquête est ouverte pour violences habituelles et séquestration. Son compagnon, lui, a ensuite été interpellé au Jardin du parc. De leur côté, les gendarmes attendent le conjoint.

Selon le journal britannique, le message "contenu illégal" apparaîtrait dès qu'un internaute tente de poster le nom "Winnie l'ourson" ou un GIF ou une image de celui-ci, sur Weibo ou WeChat, les équivalents chinois de Twitter et WhatsApp.

Si aucune explication officielle n'a pour le moment été donnée pour justifier cette répression, les observateurs estiment qu'elle est due aux comparaisons à répétition de Winnie l'Ourson avec le président Xi Jinping, devenues virales sur Internet. Selon le quotidien britannique, le héros de dessin animé aurait été la cible de la censure chinoise sur les réseaux sociaux. A l'époque, un internaute avait fait un photomontage avec une photo de Xi Jinping et Barack Obama, en l'accolant à celle de Winnie et Tigrou.

Alors qu'approche le congrès quinquennal automnal du Parti communiste chinois lors duquel le président Xi Jinping devrait obtenir un nouveau mandat à la tête du pays, les censeurs de Pékin sont donc très vigilants quand il s'agit de protéger l'image du chef de l'Etat...

"Historiquement, deux choses sont interdites: s'organiser politiquement et mener des actions politiques. Cette année, une troisième interdiction s'est ajoutée à la liste: parler du président", explique au Financial Times Qiao Mu, professeur d'analyse médiatique à la Beijing Foreign Studies University.