Décès de Maryam Mirzakhani, première femme à recevoir la médaille Fields

Dimanche, 16 Juil, 2017

"Cela me brise le coeur", a déclaré sur Twitter Firouz Michael Naderi, un scientifique américano-iranien et un ancien de la NASA.

"Un génie? Oui, mais aussi une fille, une mère et une épouse ", a-t-il poursuivi dans un autre message accompagné d'une photo en noir et blanc de Maryam Mirzakhani, coupe courte et regard clair fixé vers l'objectif. En l'occurrence, il s'agissait d'une Américaine née en Iran, Maryam Mirzakhani, décédée des suites d'un cancer à l'âge de 40 ans, comme l'a annoncé un proche samedi 15 juillet.

Elle rêvait d'être écrivain et est finalement devenue une figure planétaire des mathématiques.

En 2014, on lui avait décerné la prestigieuse médaille Fields - un honneur considéré comme l'équivalent d'un prix Nobel dans le monde des mathématiques.

Van Avermaet battu par Matthews à Rodez, Froome retrouve le jaune
Rik Verbrugghe vous détaille les points clés de la côte Saint-Pierre où sera jugée l'arrivée de la 14e étape du Tour de France . Mais l'étape regorge de bosses qui feront mal aux jambes et qui élimineront les sprinters assez rapidement.

Bardet et Aru rigolent, Froome pleure
Fabio Aru pour succéder à Vincenzo Nibali? On retiendra aussi de cette étape, l'échappée du jour lancée au kilomètre 15. Aujourd'hui, 13ème étape entre Saint-Giron et Foix... seulement 101km mais avec 3 cols de catégorie 1.

Melania Trump et Brigitte Macron : leur programme de visite à Paris
C'est la théorie avancée par l'équipe de la Matinale de France Inter qui, ce matin, commentait cette arrivée tant décriée. C'est par ailleurs une Brigitte Macron tout de blanc vêtue qui est venue accueillir ses hôtes.

Au moment d'annoncer le prix, le Congrès international des mathématiciens (ICM) l'avait décrite comme étant "dotée d'une parfaite connaissance d'un éventail très divers de techniques mathématiques et de cultures mathématiques disparates; elle maîtrise une rare combinaison de capacités techniques, d'ambition audacieuse et une profonde curiosité ".

Une passion pour les mathématiques. Il a fait ses études supérieures en Iran, avant de les poursuivre à Harvard au Etats-Unis.

Née en 1977, cette iranienne, professeure à l'université américaine de Stanford, avait fait de la géométrie des formes inhabituelles sa spécialité. "C'est amusant, c'est comme faire un puzzle ou résoudre une énigme policière", assure avec simplicité celle qui se fait déjà remarquer lorsque, adolescente, elle remporte les olympiades internationales des mathématiques deux années de suite, en 1994 et 1995, avec un score parfait à l'issue de la seconde édition. "La plupart des mathématiciens ne produiront jamais quelque chose d'aussi bon (.) Et elle l'a fait dès sa thèse", avait salué à l'époque un professeur de mathématiques de l'université de Chicago, Benson Farb, cité par le Stanford News. "Je suis convaincue que de nombreuses autres femmes recevront ce type de récompense dans les prochaines années", avait répondu la mathématicienne.