Le cabinet de Macron à Bercy impliqué — Affaire Business France

Mercredi, 28 Juin, 2017

Selon le quotidien Libération, le cabinet d'Emmanuel Macron, lorsqu'il était ministre de l'Economie, aurait été impliqué dans l'organisation d'une soirée organisée à Las Vegas par Havas pour le compte de Business France, sous le coup d'une enquête pour violation présumée des règles de mise en concurrence.

Le quotidien, dans son édition de mercredi, révèle que la ministre a "validé" certaines dépenses relatives à l'organisation d'une soirée à Las Vegas où Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, avait rencontré des dirigeants de start-up françaises, un "contournement des règles" de l'agence publique chargée de faire la promotion de la France auprès des investisseurs étrangers.

Cardoso suspendu pour dopage et interdit de Tour
L'ancien 6e du Tour de France 2012 disputera son 16e Tour de France . Le contrôle a été effectué le 18 juin dernier, de manière inopinée.

Xbox One : encore cinq jeux Xbox 360 rétrocompatibles, dont un Assassin's Creed
Heureusement, à ce moment-là, le disque dur de la console devrait encore être vierge. Ce dernier développement ajouterait un nouvel argument sur cette proclamation.

José Mourinho perd son papa — Carnet
Par la suite, il est devenu entraîneur, passant notamment par Rio Ave, Belenenses et Vitoria Setubal. Le technicien de Manchester United aurait formulé une première offre à l'AS Rome.

La ministre du Travail, ex-directrice générale de Business France, est inquiétée par une enquête préliminaire pour favoritisme au sujet de la French Tech Night, une fête chapeautée par le cabinet d'Emmanuel Macron, alors ministre, à Las Vegas, en janvier 2016. "Nous comprenons que la définition exacte des besoins a pu être en partie déterminée par des personnes extérieures à Business France, en particulier le cabinet du ministre de l'Economie", pointe notamment ce rapport cité par Libération. "C'est une blague?", a réagi Muriel Pénicaud mercredi sur RTL. La réponse de la ministre: "C'est moi qui ai alerté le conseil d'administration, c'est moi qui ai déclenché l'audit".

Lorsque l'affaire a éclaté, Emmanuel Macron a écarté la responsabilité de son entourage, affirmant que son "ministère a [vait] toujours respecté les règles des appels d'offres et des marchés publics". La première est due à son poste actuel de ministre du Travail: elle présente ce mercredi en conseil des ministres le projet de loi habilitant le gouvernement à prendre des ordonnances pour réformer le code du travail. La ministre s'est également défendue, expliquant dimanche qu'elle n'avait pas envisagé de démissionner. Il y a eu ensuite une inspection générale qui a confirmé que, effectivement, il y avait eu erreur et d'autre part que j'avais pris les bonnes mesures. Début mars, le Canard enchaîné révélait que le coût de cette soirée aurait été de 381 759 euros, dont 100 000 euros pour les seuls frais d'hôtel. Et il y a une semaine des perquisitions ont eu lieu aux sièges de Business France et de Havas.