Trois candidat(e)s pour le perchoir de l'Assemblée nationale

Вторник, 27 Июн, 2017

La députée de la 6e circonscription du Pas-de-Calais Brigitte Bourguignon et la députée de Loire-Atlantique Sophie Errante, deux ex-PS ralliées à la République en marche, sont candidates à la présidence de l'Assemblée. Une opportunité qui pourrait lui permettre d'accéder au "perchoir". Pour la loi Travail, j'ai tenté d'amender ce texte avec des syndicalistes mais tout ce travail a été ruiné par la posture de certains de mes collègues frondeurs.

A l'Assemblée, elle siégeait avant sa réélection à la commission des affaires culturelles et de l'éducation, ainsi qu'à celle des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire. Les deux femmes, "députées de l'ombre" selon Bourguignon, mettent en avant le goût professé (mais rarement mis en application) d'Emmanuel Macron pour la féminisation des postes à responsabilité, alors que toutes les présidences de groupe sont d'ores et déjà tenues par des hommes dans la nouvelle Assemblée.

Brigitte Bourgignon, ancienne socialiste, 58 ans, tient la corde aujourd'hui pour occuper le poste de quatrième personnage de l'État: moins cassante que sa rivale mais surtout "avec une histoire à raconter", raille un député de la majorité. Face à elles: François de Rugy, qui avait pourtant laissé entendre qu'il renoncerait à sa candidature si l'exécutif souhaitait élire une femme. En compagnie de 270 autres députés, eux aussi majoritairement nouveaux dans l'Hémicycle, ils vont procéder à l'élection du président de l'Assemblée nationale.

Originaire du groupe Europe-Ecologie-Les-Verts, François de Rugy a assuré la co-présidence du Groupe à l'Assemblée nationale. D'abord en envoyant un mail étayé de candidature à l'ensemble du groupe avant le séminaire de cohésion organisé ce week-end à l'hôtel de Lassay (la résidence du futur président de l'Assemblée), et en posant lundi matin un argumentaire public sur Facebook.

Читайте также: La sœur de l'Asvel se nomme Lyon Asvel féminin — Basket

"Pour la première fois depuis le début de la Ve République, la représentation nationale n'est le fruit des choix que d'une minorité des Français. [.] Il est indispensable de renforcer sa légitimité démocratique".

Ainsi, l'Assemblée ne doit "plus être un lieu de provocations et d'anathèmes, un théâtre d'excès et de caricatures", estime le candidat.

A ses yeux, "cette législature doit être celle de la concrétisation de réformes démocratiques profondes", avec la "réduction du nombre de députés" et l'"introduction de la proportionnelle", programmées par M. Macron et qu'il avait lui-même proposées durant son dernier mandat. Affirmant refuser le "sectarisme", ce prétendant au perchoir veut que "s'instaure, entre majorité et opposition, une atmosphère de travail constructive".

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2018 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог