Néonicotinoïdes: ministres de l'Agriculture et de l'Environnement en désaccord

Mardi, 27 Juin, 2017

Premier couac au sein du nouveau gouvernement: tout juste nommé ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert a annoncé lundi son intention de revenir sur l'interdiction - sauf dérogation - des néonicotinoïdes, des insecticides suspectés d'être responsables de la mort massive des abeilles. Date à laquelle remonte le document que s'est procuré RMC, affirmant pourtant exactement le contraire.

C'est un premier test important pour Nicolas Hulot, fervent militant de la cause écologiste qui a décidé après plusieurs occasions de sauter le pas et d'entrer par la grande porte dans un gouvernement. En déclarant au micro de Jean-Jacques Bourdin vouloir revenir sur la loi du 8 aout 2016 interdisant les néonicotinoïdes, le nouveau ministre de l'Agriculture a provoqué des réactions nombreuses et immédiates, preuve s'il en fallait encore de la fébrilité qui règne autour de ce sujet.

LIRE AUSSI Pesticides: le gouvernement prêt à assouplir les interdictions?

"Sans le PS, ce sera un monde meilleur" réagit Benoît Lutgen (vidéo)
Selon lui, " le PS est tellement accroché au pouvoir qu'il pense que l'État, ce sont eux. (.) Les gouvernements fonctionnent, les parlements fonctionnent.

Russell Westbrook élu MVP 2017 lors des NBA Awards
Malgré l'élimination au premier tour des Play-offs, Russel Westbrook a affolé les statistiques tout au long de la saison régulière.

Retrouvez l'avis du CCNE sur la PMA
En revanche, le CCNE s'oppose à la légalisation de la gestation pour autrui ( GPA ) et à la congélation des ovocytes. Il n'y a pas d'âge limite strictement fixé pour bénéficier d'une PMA.

Nicolas Hulot a confirmé ce lundi matin que les pesticides néonicotinoïdes seraient bien interdits au 1er septembre 2018.

Nicolas Hulot a assuré que les arbitrages avait été faits en matière de maintien de l'interdiction des néonicotinoïdes et de l'épandage aérien de pesticides. Ainsi, selon RMC, le gouvernement envisagerait la possibilité de revenir sur des réformes majeures dans le domaine des pesticides, sous prétexte que la loi française irait plus loin que la législation européenne dans certains domaines.

"Nous avons un certain nombre de produits qui ont été estimés dangereux et sont au fur et à mesure retirés du marché, mais, (pour) d'autres produits (.) qui n'ont pas de substitution, nous devons pouvoir autoriser des dérogations pour en permettre l'utilisation afin que nos producteurs continuent à travailler dans de bonnes conditions", a déclaré M. Travert sur BFMTV. Stéphane Travert est un ancien cadre de l'industrie, élu député sous l'étiquette PS en 2012 avant de prendre place parmi la garde rapprochée d'Emmanuel Macron, ce qui lui vaudra d'être réélu largement dans sa circonscription, mais cette fois sous l'étiquette LREM. Dire que la loi française sur les néonicotinoïdes est contraire au droit communautaire est un mensonge. "C'est inacceptable", a dénoncé l'ancienne ministre de l'Ecologie. C'est ce qui s'est passé dans le cas de l'interdiction du bisphénol A ou dans celui des néonicotinoïdes: la France a ouvert la voie et l'Union européenne a suivi quelques temps plus tard. "Même lorsqu'ils ne tuent pas directement les insectes pollinisateurs, ils contribuent à leur affaiblissement", souligne Nadine Lauverjat de l'ONG générations futures.