Edf : La sûreté de l'EPR de Flamanville jugée suffisante mais pas satisfaisante

Mardi, 27 Juin, 2017

Si l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a le dernier mot, elle a saisi le groupe permanent d'experts pour les équipements sous pression nucléaire (GP-ESPN), qui doit dire ce mardi si la cuve est suffisamment résistante malgré ses défauts de fabrication.

Mais des documents récemment dévoilés par nos confères de France Inter tendent à démontrer que l'Autorité de Sûreté Nucléaire avait alerté, dès 2005, EDF et Areva sur des dysfonctionnements de l'usine du Creusot où a été fabriquée la cuve qui équipe le réacteur de l'EPR de Flamanville.

Officiellement, ces anomalies dans la composition de l'acier de la cuve ont été détectés par Areva fin 2014.

Pour rendre leur avis, les 31 experts (société civile, représentants des industriels, chercheurs, etc.) étudient notamment un rapport technique rédigé par l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Pour EDF, ce serait un moindre mal car, si l'ASN ne l'imposait pas avant le démarrage de l'EPR, cela n'empêcherait pas l'électricien de démarrer le réacteur fin 2018, avant une mise en service commerciale courant 2019, alors que ce chantier colossal a déjà plusieurs années de retard et un coût qui a triplé, à 10,5 milliards d'euros.

Banques vénitiennes: fermeture de 600 agences, 3.900 départs volontaires
Le secteur bancaire de la péninsule est régulièrement pointé du doigt pour sa fragilité. Coût de l'opération, réglée par le contribuable: jusqu'à 17 milliards d'euros.

Les Londoniens se sont manifestés après l'incendie de la tour Grenfell — Londres
Incapable de donner le nombre de personnes disparues , il a dit espérer que cela n'atteigne pas " un nombre à trois chiffres ". La cheffe du gouvernement britannique ne s'est rendue que vendredi au chevet des victimes de l'incendie .

Un nouveau témoignage accablant — MoDem
Pour le député Les Centristes Charles de Courson , contacté par France Info, tout cela n'est pas nouveau. J'ajoute moral", se défend le maire de Pau , estimant "qu'on a monté une affaire tout à fait infondée ".

Sans des contrôles approfondis et réguliers tout au long du fonctionnement du réacteur, "l'aptitude au service du couvercle actuel de la cuve (.) n'est pas acquise de manière pérenne", pointe le rapport. "La décision finale (de l'ASN) doit aussi prendre en compte la possibilité, qui existe, de réparer" la cuve ou certains de ses éléments, précise ainsi à l'AFP un membre du groupe d'experts.

Le gendarme du nucléaire français note en outre que l'EPR de Flamanville a été conçu pour une durée de fonctionnement de 60 ans et que de nombreux couvercles de cuves de réacteurs ont été remplacés par le passé.

Un article publié lundi sur le site internet de la chaîne d'information ajoute que le changement du couvercle de la cuve serait programmé pour 2021, date qui correspondrait au premier rechargement d'uranium du réacteur.

Selon ce rapport que l'AFP a pu consulter, le fond de la cuve est jugé apte sous réserve de contrôles "adaptés" par l'exploitant EDF, mais les interrogations se focalisent sur le couvercle.

L'ASN et EDF n'ont pas souhaité commenter les informations de Reuters et de BFMTV. EDF pourrait donc se voir obligé, d'ici quelques années, de changer cette pièce si l'ASN ordonne une telle mesure. Bref, si EDF n'est pas en mesure de prouver qu'il peut réaliser les contrôles exigés, il lui faudra procéder au remplacement de cette gigantesque pièce, vraisemblablement à l'horizon de la première visite décennale du réacteur.