Majorité très nette pour Macron, mais moins écrasante qu'attendu — Législatives

Lundi, 19 Juin, 2017

Le deuxième tour des élections législatives devrait confirmer dimanche le déferlement de la vague de La République en marche sur un paysage politique français bouleversé.

Tous les ministres du gouvernement d'Edouard Philippe sauvent quant à eux leur tête, même Annick Girardin (Outre-mer) qui est réélue avec 136 voix d'avance sur son adversaire à Saint-Pierre et Miquelon. Le Front national disposerait de 8 sièges. Ce dimanche soir, nous connaîtrons le nom des dix députés qui auront la charge de représenter le département pendant les cinq prochaines années.

Un lot de consolation pour la candidate malheureuse à la présidentielle, battue en mai dernier par Emmanuel Macron.

Parmi les candidats dont les formations avaient soutenu Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, plus de 80 sont tout de même qualifiés pour le second tour. Il pourrait d'ailleurs être l'unique rescapé parmi les sortants qui avaient fait le choix de se présenter à leur succession. Un chiffre suffisant pour se faire entendre, d'autant plus avec la présence dans leurs rangs de grandes voix comme Clémentine Autain ou encore Alexis Corbière.

Loin derrière, Les Républicains (droite) et leurs alliés centristes obtiennent entre 128 et 130 sièges, après une campagne présidentielle plombée par les affaires de leur candidat François Fillon.

Le parti socialiste, qui contrôlait la moitié de l'Assemblée sortante sous le quinquennat de François Hollande, a recueilli un score historiquement bas (9,51%) au premier tour et ne pourra sans doute compter que sur quelques dizaines d'élus. Au premier tour le 11 juin, elle avait pourtant atteint un niveau record depuis 1958, à 51,29 %. C'est très largement au-delà de la majorité absolue de 289 sièges, mais nettement sous la barre des 400 que laissait augurer le premier tour.

Avec seulement 222 députés sortants au second tour, et 40% de candidates, c'est aussi une Assemblée nationale profondément renouvelée, féminisée, qui sortira des urnes.

La République en Marche obtient la majorité absolue — Législatives
Ce scrutin devrait déboucher sur "le plus grand renouvellement du personnel politique depuis 1958 et peut-être 1945", prédit-il. En métropole, les bureaux de vote ont ouvert à 06H00 GMT le resteront jusqu'à 16H00 GMT, et 18H00 GMT dans les grandes villes.

Philippot, NKM, Valllaud-Belkacem, Touraine... Les battus du second tour
L'entrepreneur Bruno Bonnell, connu pour son rôle dans The Apprentice sur M6, était arrivé en tête avec 36,69% des suffrages.

Porsche triomphe encore aux 24 heures du Mans
La troisième Toyota toujours en course, la n°8, termine deuxième de la catégorie, mais à la 9e place du général. A noter la victoire de notre compatriote Dries Vanthoor (Ferrari 488) en classe LMGT AM.

Cet européen convaincu qui souhaite "une France forte dans une Europe forte" doit aussi se rendre à Bruxelles cette semaine pour un conseil européen, alors que commencent les négociations sur le Brexit. Une " lassitude " qui pourrait donc expliquer, en partie, la désaffection des Français pour ce dernier tour de piste. "Il peut y avoir un correctif entre les deux tours, que les électeurs se disent qu'une fois que la majorité semble acquise pour Emmanuel Macron, ce n'est pas la peine d'en faire trop", tempère Emmanuel Rivière de Kantar Sofres.

La République en marche (LRM), le mouvement du président, Emmanuel Macron, et le MoDem obtiendrait 355 sièges (311 pour LRM, 44 pour le MoDem), selon les premières estimations, à 20 heures, d'Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, LCP AN, RFI-France 24 et Le Point.

De son côté, Emmanuel Macron a désormais les mains libres pour appliquer son programme (moralisation de la vie publique, réforme du droit du travail.).

Enfin, l'extrême droite française obtiendrait entre quatre et huit sièges, contre deux en 2012, dont sa cheffe de file, Marine Le Pen, député européenne, qui entrerait pour la première fois à l'Assemblée nationale française, après une tentativee ratée en 2012.

Comme le veut l'usage après un scrutin législatif, le Premier ministre Edouard Philippe devrait remettre lundi ou mardi la démission de son gouvernement et en former immédiatement un nouveau, qui ne devrait pas comporter de grands changements. Ils y rejoignent Gilbert Collard, réélu dans le Gard. S'il quadruple le nombre de ses députés, le FN échoue cependant à constituer un groupe parlementaire (15 élus). Seule consolation, le PS reste de peu la principale force de gauche, avec 46 à 50 députés, devant la gauche radicale (28 à 30 sièges).

Les groupes éliront leur président et le successeur au perchoir de Claude Bartolone sera élu le 27 juin.