" Les électeurs ont dit qu'ils en avaient assez de l'austérité " — Jeremy Corbyn

Lundi, 19 Juin, 2017

Le taux de participation (68,72%) est le plus élevé pour des élections législatives depuis 1997.

Placée sous forte pression après son revers aux législatives, la Première ministre britannique Theresa May a dû lâcher du lest samedi avec le départ de ses deux chefs de cabinet, à dix jours du début prévu des négociations du Brexit. "Avant de se poser la question de prolonger les négociations avec nos amis britanniques, il faudrait qu'elles commencent".

Mais les travaillistes de Jeremy Corbyn ont contrarié ces plans au terme d'une campagne réussie.

Les Conservateurs ont remporté 311 sièges (313 selon la BBC), soit 47.8% des voix, et n'ont pas la majorité absolue.

Au sein même des Tories, l'ancienne ministre Anna Soubry a estimé que la Première ministre devait envisager une démission, soulignant qu'elle se trouve "dans une situation très difficile". Elle a affirmé que 'quels que soient les résultats', son parti 'assurer (ait) la stabilité' dont 'le pays a besoin'.

La livre sterling, a immédiatement chuté à l'annonce des projections à 21H00 GMT, tant face à l'euro que face au dollar, et restait très affaiblie vendredi. La Bourse de Londres était quant à elle en hausse, de 0,65% ce matin, les grandes multinationales cotées sur ce marché profitant de l'affaiblissement de la monnaie britannique. "J'espère que nous ne serons pas confrontés à un retard supplémentaire dans la conclusion de ces négociations", a déclaré depuis Prague le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, en marge d'une conférence ministérielle sur la sécurité et la défense de l'UE. Son homologue allemand, Günther Oettinger, a jugé lui que Londres était désormais un partenaire "faible" et "mauvais" pour négocier le Brexit. Theresa May doit se rendre à Buckingham Palace à 12h30 (heure locale) afin de rencontrer la reine et demander à former un nouveau gouvernement.

C. Castaner et D. Bagarry s'imposent au second tour des élections législatives
Le candidat d'En Marche avait obtenu 20 % des voix contre 22 % chacun pour Mélenchon et Le Pen. Christophe Castaner avait confirmé son avance au second tour et avait été élu avec 54.04%.

EURE-ET-LOIR - Législatives 2017 : A 17h la participation en baisse (34,93%)
La semaine dernière à midi, 21,40% des électeurs s'étaient déplacés pour le premier tour. En 2012, le taux de participation en Loire-Atlantique était de 50,36 % à la même heure.

Un proche raconte l'altercation et son malaise (vidéo) — NKM agressée
Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris sur cet agression , au moment où l'agresseur a disparu dans la nature. Cherchant à se protéger et déséquilibrée, elle a chuté au sol et perdu connaissance pendant plusieurs minutes.

Les Britanniques élisent, ce jeudi, leurs députés.

Theresa May adresse ainsi une fin de non recevoir aux appels à la démission qui ont suivi les résultats des élections législatives anticipées de jeudi, qu'elle avait elle-même convoquées pour renforcer sa majorité, mais qui se sont traduites par un échec politique personnel avec la perte de la majorité absolue. La gauche a toutefois entamé une remontée spectaculaire, qui a abouti à un résultat particulièrement décevant pour les conservateurs. "Si le resserrement spectaculaire des sondages avant le vote avait introduit un élément de doute, la plupart des investisseurs n'envisageaient aucun autre scénario que celui d'une victoire pure et simple du Parti Conservateur". De son côté, le parti europhobe Ukip s'est effondré en perdant son unique siège.

"Je suis tellement contente, c'est une véritable vengeance pour nous", s'est réjouie Sarah Holmes, 26 ans, en fêtant le bon résultat du Labour dans un bar de Londres.

Traditionnellement travailliste, Angus, interrogé par l'AFP sur le chemin du travail à la gare londonienne de Euston, raconte qu'il vient de voter pour la première fois pour les conservateurs, "pour avoir de la stabilité en prévision du Brexit", explique-t-il.

Après les surprises du Brexit et de l'élection de Donald Trump, "c'est la leçon des deux dernières années", commente Brian Klaas, de la London School of Economics. Theresa May n'a plus la confiance de personne, je pense qu'il est temps qu'elle parte.

Mais M. Corbyn a mené une campagne dynamique, multipliant les meetings au contact des électeurs, proposant un programme résolument à gauche et exploitant plusieurs faux pas de Mme May, notamment sur la protection sociale.