De nouvelles perquisitions et plusieurs arrestations après l'attentat de Londres

Lundi, 05 Juin, 2017

Un homme de 55 ans avait ensuite été relâché, sans être poursuivi.

Ces deux attentats ont été revendiqués par l'organisation djihadiste Etat islamique, contre laquelle le Royaume-Uni a effectué ces dernières années des raids aériens en Irak et en Syrie.

Il s'agit du troisième attentat en moins de trois mois. Les assaillants ont tout d'abord foncé dans la foule sur le London Bridge à bord d'une camionnette blanche. Le véhicule s'est ensuite dirigé vers le quartier voisin de Borough Market. Les suspects portaient de fausses vestes explosives pour démultiplier la panique, a précisé la Première ministre Theresa May. Un autre Français est porté disparu.

Stations de métro et rue fermées, fêtards enfermés dans les bars et les restaurants, voitures de police passant toutes sirènes hurlantes: les quartiers visés sont passés de la fête au cauchemar en quelques minutes. Ils poignardaient tout le monde en criant "C'est pour Allah", selon plusieurs témoignages.

La police britannique avait déjà procédé à l'arrestation de sept femmes et cinq hommes, âgés de 19 à 60 ans, dans le quartier de Barking ce dimanche. "Des perquisitions sont en cours dans plusieurs lieux de Barking", a précisé Scotland Yard.

D'après la chaîne Sky News, la police, lourdement armée, a perquisitionné dimanche au domicile d'un des trois assaillants. Elles se couvraient le visage de leur foulard.

Il y aurait plusieurs morts — Attentats à Londres
Cet assaillant était avec deux complices dans la camionnette qui a foncé sur la foule sur le London Bridge samedi soir. Le président Donald Trump a offert "le soutien total" des Etats-Unis dans un entretien téléphonique avec Theresa May.

Attentat de Londres : nouvelles arrestations
Il s'agit de la troisième attaque contre la Grande-Bretagne en moins de trois mois. ", s'est-il indigné dans une série de tweets. Londres avait été frappée par un autre attentat fin mars à Westminster, déjà commis à l'aide d'une voiture et d'un couteau.

Nouvelles arrestations dans l'enquête sur l'attentat de Londres
Le maire de Londres a "mieux à faire" que de répondre au tweet "mal informé" du président Trump, a répondu le porte-parole de M. Moins de dix minutes après le début de l'attaque, les assaillants ont été abattus par la police.

Plus tôt, la Première ministre Theresa May l'avait lié à "l'idéologie malfaisante de l'extrémisme islamiste" dans une déclaration devant le 10, Downing Street.

Elle a aussi confirmé le maintien des élections générales prévues jeudi et qui permettront aux Britanniques de voter pour leurs représentants.

Ce dernier drame a éclaté samedi 3 juin, vers 22 heures heure locale quand venait de s'achever la finale de la Ligue des champions de football, qu'un public nombreux était allé regarder dans les pubs de Borough Market, un quartier branché de la rive sud de la Tamise. L'assaillant, Khalid Masood, un Britannique converti à l'islam, .

Deux mois plus tard, un attentat a fait 22 morts et plus de 100 blessés le 22 mai à Manchester, lorsqu'un jeune Britannique d'origine libyenne s'est fait exploser à la sortie d'un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande. Sept personnes ont été tuées et 48 autres blessées, dont quatre ressortissants français, selon Jean-Yves Le Drian.

Au total, quatre Français sont toujours dans un état critique.

Une enquête similaire avait été ouverte au lendemain de l'attentat du 22 mars devant le Parlement de Londres.