Accord de Paris : le virulent message d'Arnold Schwarzenegger à Donald Trump

Dimanche, 04 Juin, 2017

Après avoir longtemps entretenu le suspense, Donald Trump a annoncé la sortie de l'accord de Paris sur le climat, isolant les Etats-Unis sur la scène internationale et semant la consternation parmi les 194 autres pays signataires de ce texte historique. Parmi elles, le président russe Vladimir Poutine s'est refusé à "condamner" son homologue américain, plaidant pour un "travail en commun" avec les Etats-Unis.

Un retrait américain serait une déflagration, 18 mois après cet accord historique, alors que les Etats-Unis font partie avec la Chine des deux principaux émetteurs de gaz à effet de serre de la planète.

De toute évidence, Emmanuel Macron s'était montré un peu trop optimiste à l'issue du G7 de Taormina, en Sicile, samedi, disant avoir "bon espoir" que Donald Trump confirmerait l'engagement américain sur les accords de Paris et faisant assaut d'amabilité à l'égard d'un dirigeant qu'il jugeait "pragmatique" et "ouvert". "Make our planet great again", a-t-il lancé en anglais, dans une paraphrase du slogan de Donald Trump ("Make America great again" -rendre sa grandeur à l'Amérique-).

"Affichant sa volonté de négocier un " nouvel accord " ou de renégocier l'accord existant, Donald Trump, élu sur la promesse de " L'Amérique d'abord", est resté extrêmement évasif sur les engagements que les Etats-Unis seraient prêts à prendre.

Autre puissance asiatique, l'Inde a appelé au respect de l'accord de Paris.

La réponse des Européens, tranchante, ne s'est pas fait attendre: s'ils " regrettent " cette décision, Berlin, Paris et Rome ont souligné, dans un communiqué commun, que l'accord ne pouvait en aucun cas être renégocié.

Affaire Ferrand: "Personne ne fera obstruction" à une éventuelle enquête
Décidément, le dossier Ferrand est un sparadrap qui s'évertue à coller à la peau d'Emmanuel Macron . L'Elysée a confié la gestion de l'affaire à Matignon et n'entend pas interférer.

Trump quitte l'accord de Paris, c'est la consternation à travers le monde
Jeff Immelt, PDG du conglomérat General Electric, a tweeté: "Le changement climatique est une réalité". En raison de la procédure prévue, le retrait ne deviendra effectif qu'en 2020.

Climat: Merkel plus déterminée que jamais
De son côté, Jean-Claude Juncker dénonce une décision " gravement erronée " des Etats-Unis. L'accord de Paris n'exige pas des États-Unis de faire ce qu'ils ne veulent pas faire.

Interrogé pour la énième fois sur la position du 45e président des Etats-Unis sur le réchauffement climatique, son porte-parole Sean Spicer a esquivé: "Je n'ai pas eu l'occasion d'avoir cette discussion avec lui", a-t-il répondu devant une salle de presse médusée.

Le combat contre le réchauffement climatique continuera, malgré la décision "malheureuse" des Etats-Unis.

Un appel qu'il avait déjà "solennellement" lancé en février, en pleine campagne présidentielle, à ces mêmes "chercheurs, entrepreneurs et ingénieurs américains travaillant sur le changement climatique", qui font les frais du credo climatosceptique de leur président. Elle donne une indication sur le rôle que les Etats-Unis sous la direction de Donald Trump entendent jouer sur la scène internationale dans les années à venir.

De New York à la Californie, plusieurs dizaines de villes et d'Etats américains ont immédiatement organisé la résistance.

Pékin avait été, avec l'administration américaine alors conduite par Barack Obama, l'un des principaux artisans de cet accord historique dans lequel 196 pays se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, ambitionnant de limiter la hausse des températures à 1,5 degré par rapport aux niveaux préindustriels et ses effets potentiellement dévastateurs. "Mais même en l'absence de leadership américain; même si cette administration se joint à une petite poignée de pays qui rejettent l'avenir; je suis certain que nos Etats, villes et entreprises seront à la hauteur et en feront encore plus pour protéger notre planète pour les générations futures". Ce jeudi, Arnold Schwarzenegger a tourné une longue vidéo où il critique la décision de Trump de sortir des accords de Paris. En raison de la procédure prévue, le retrait ne deviendra effectif qu'en 2020.