La folle décision de Donald Trump — Climat

Vendredi, 02 Juin, 2017

M. Trump a toutefois hésité pendant de longues semaines et de nombreuses voix, sur la scène internationale (Chine et UE en tête), dans le monde des affaires et au sein même de son administration, l'ont appelé à revoir sa position, rappelant ces derniers jours l'urgence d'agir face au réchauffement en cours.

Le pire, dans le retrait des Etats-Unis de l'Accord de Paris annoncé hier soir par Donald Trump, n'est pas la menace que le président de la deuxième économie la plus polluante au monde fait peser sur l'accord le plus important jamais signé pour préserver la planète des dégâts irrémédiables du réchauffement climatique.

Ainsi, Donald Trump veut renégocier soit l'accord de Paris, soit un nouvel accord qui sera, promet-il, plus juste pour les citoyens américains. " Le changement climatique est le grand défi de notre temps, qui s'impose à nous tous".

Donald Trump en avait fait une promesse de campagne, il l'a finalement mise à exécution. "Ça c'est ce que fait effectivement l'accord de Paris", a-t-il précisé.

Le président américain a néanmoins laissé entendre qu'une renégociation ne faisait pas partie de ses priorités: "Si nous pouvons, excellent". "Le moment est venu de redonner aux Etats-Unis leur grandeur".

Manchester City - Mercato : Yaya Touré se livre après prolongation
" Manchester City est ravi d'annoncer que Yaya Touré a prolongé son contrat d'un an", a écrit le club. Il a signé un contrat d'une saison à l'Ajax Amsterdam, annonce le club champion des Pays-Bas jeudi.

François Baroin met la pression sur Emmanuel Macron — Affaire Ferrand
Il l'a même comparée à l'affaire Cahuzac, qui avait "coûté très cher" au gouvernement sous la présidence de François Hollande. Emmanuel Macron n'est pas du tout décidé néanmoins à lâcher ce fidèle d'entre les fidèles", explique Maryse Burgot.

Centre Spatial Guyanais : Ariane 5 mettra en orbite deux satellites ce jeudi
Il s'agit du sixième succès de l'année pour Arianespace, la société qui commercialise les lancements. ViaSat-2 et Eutelsat 172 B sont les 558 et 559 satellites à être lancés par Arianespace .

La décision de Trump a soulevé une vague de critiques auprès de la classe politique et des entreprises américaines qui ont mis en garde contre ses conséquences dangereuses. Sur Twitter, le président américain joue le suspense et révèle qu'il annoncera sa décision aujourd'hui, le 1er juin à 21 heures (heure française). Certes, des pays signataires, comme la France avec sa loi de transition énergétique, n'ont pas attendu pour se mettre en ligne avec les objectifs de l'Accord de Paris, lesquels consistent, pour ce qui nous concerne, à réduire de 40 % d'ici à 2030 le volume de nos émissions de gaz à effet de serre.

"Dans une tribune publiée mercredi dans le Wall Street Journal, deux des principaux conseillers du président, le général H.R. McMaster et Gary Cohn assuraient, en référence au slogan de campagne de l'exubérant homme d'affaires, que " L'Amérique d'abord " ne voulait pas dire " L'Amérique seule ". "Le monde peut continuer à compter sur l'Europe", a martelé le commissaire européen à l'Action pour le climat, Miguel Arias Canete.

Emmanuel Macron a aussi insisté sur le fait que l'accord de Paris était "irréversible".

'L'accord de Paris reste la meilleure arme au monde pour combattre la menace existentielle' du changement climatique, a pour sa part expliqué Mitchell Landrieu, le maire démocrate de La Nouvelle-Orléans qui reste à la merci des phénomènes météorologiques. Une douzaine de grands groupes, parmi lesquels le pétrolier ExxonMobil, le géant de l'agrochimie DuPont, ou encore Google, Intel ou Microsoft, ont pressé Donald Trump de ne pas en sortir.