Diplomatie: Première rencontre entre Emmanuel Macron et Donald Trump

Samedi, 27 Mai, 2017

S'il a souligné que l'Alliance était un outil de 'paix et de sécurité' dans le monde, M. Trump n'a pas, contrairement à ce qui était attendu, affirmé explicitement son attachement à 'l'article 5'.

"Cela constitue un énorme choc pour les membres de l'OTAN", a-t-il estimé sur Twitter.

Le président américain a semblé tester son jeune collègue, de plus de 30 ans son cadet, avec son habituelle poignée de main aux allures de bras de fer à laquelle Emmanuel Macron à semblé résister, figé dans son fauteuil, un sourire légèrement crispé sur les lèvres.

Le président américain poursuit: " félicitations, bon travail ".

Les diplomates à l'Otan tenaient pour acquis qu'il saisirait cette occasion.

Mais l'imprévisible locataire de la Maison Blanche, qui a longtemps jugé l'Otan "obsolète", a préféré réitérer ses exigences financières à l'égard de ses Alliés.

Deux nouvelles arrestations à Manchester — Attentat
Son secrétaire d'Etat Rex Tillerson fera sa première visite à Londres dès vendredi pour exprimer "sa solidarité" après l'attentat. La police a arrêté un nouveau suspect dans la banlieue de Manchester et huit personnes restent en garde à vue.

'Ice Man' en pole, Vandoorne trop gourmand
L'Allemand échoue avec sa Ferrari à 43 millièmes quand le Finlandais n'est qu'à 45 millièmes de son compatriote avec sa Mercedes . Sa dernière tentative a été avortée: sa voiture a été immobilisée après avoir heurté le rail de sécurité.

Qui se cache derrière l'attaque — Attentat à Manchester
Quatre jours avant l'attentat, selon un proche de la famille qui vivait lui aussi à Manchester, Salman Abedi se trouvait en Libye. Selon la BBC, le jeune homme aurait servi de " mule " en se faisant exploser avec une bombe fabriquée par quelqu'un d'autre.

Il les a exhortés à "éradiquer le terrorisme", après avoir demandé une minute de silence pour les victimes de l'attentat jihadiste de Manchester. Pour le Président américain, l'essentiel est de se concentrer sur le terrorisme, l'immigration et "les menaces de la Russie". "Finalement, la seconde fois, M. Trump s'est retiré et M. Macron l'a laissé partir." raconte un journaliste américain. "Des milliers et des milliers de personnes se répandent dans nos différents pays et se dispersent, et dans de nombreux cas, nous ne savons pas qui ils sont". 'C'est injuste envers les contribuables américains', a-t-il déploré.

L'OTAN créera une unité du renseignement contre-terroriste pour améliorer le partage d'informations, en partie après que M. Trump eut demandé plus d'efforts dans la lutte au terrorisme. Certains, comme la France et l'Allemagne, craignent toutefois qu'une participation officielle de l'OTAN à cette coalition ne vienne compliquer la prise de décisions ou froisser les pays du Moyen-Orient qui en sont membres.

Depuis, Donald Trump a la réputation de " broyer des mains "...

Le Premier ministre britannique Theresa May, qui rentrera dès vendredi soir à Londres, prendra la parole devant ses collègues pour expliquer combien il est plus que jamais indispensable de ne pas baisser la garde. Ellea profité du sommet de l'Otan pour signifier à M. Trump "que l'information que nous partageons doit rester confidentielle".

Passant tout près de la place centrale de cette petite ville, qui surplombe de plusieurs centaines de mètres la mer Méditerranée, plusieurs de ses dirigeants dont M. Trump, la chancelière allemande Angela Merkel ou le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni, se sont arrêtés pour profiter de la vue et bavarder un peu.