Le tir du nouveau missile nord-coréen est "d'une portée sans précédent"

Jeudi, 18 Mai, 2017

Le missile aurait suivi sa trajectoire prévue, pour atteindre une altitude de 2.111 km, et il aurait parcouru 787 km avant de tomber "précisément à l'endroit prévu", a ajouté l'agence de presse nord-coréenne.

"La France a condamné "avec la plus grande fermeté" le nouveau tir de missile balistique mené par la Corée du Nord et a appelé Pyongyang à se conformer "sans délai" à ses obligations internationales" en matière de programme nucléaire.

Il n'y a pas eu d'allusion américaine à la menace des capacités de Pyongyang en matière de missiles pour le Japon et la Corée du Nord. La Chine ne peut pas s'attendre à un dialogue. "Que cette nouvelle provocation soit un appel à toutes les Nations pour mettre en oeuvre des sanctions bien plus fortes contre la Corée du Nord", a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué.

Avant ce nouveau tir de missile, le Trésor américain avait annoncé qu'il examinait "tous les moyens à sa disposition" pour couper les sources de financement international de Pyongyang. "Toutes les parties en présence doivent faire preuve de retenue et s'abstenir d'accroître la tension dans la région".

Le chef du commandement Pacifique de la marine américaine, l'amiral Harry Harris, a commenté le dernier tir de missile nord-coréen lors de sa visite au Japon. - 'Grave menace' - De son côté, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a qualifié ce tir de "totalement inacceptable", parlant d'une "grave menace" pour Tokyo. "Si les Etats-Unis osent une provocation militaire contre la RPDC, nous sommes prêts à la contrer", a-t-il déclaré, assurant que le territoire américain était à "portée de tir".

En Marche! nettement en tête des intentions de vote — Législatives
Six Français sur 10 espèrent que La République en marche disposera d'une majorité à l'Assemblée, rapporte aussi France Info.

Vers un "empeachment" — Nouveau scandale Trump
Poutine, lors d'une conférence de presse à Sotchi avec le Premier ministre italien Paolo Gentiloni. A ces événements s'ajoutait une affaire distincte reflétant selon les détracteurs de M.

La conférence de presse qui devient complètement DINGUE (vidéo) — Monaco champion
C'est avec une certaine justice que le Portugais reçoit enfin la considération de son travail colossal sur le Rocher. La consécration a été validée mercredi soir après la victoire glanée contre Saint-Etienne à domicile (2-0).

Le tir de dimanche est intervenu quatre jours après l'investiture à Séoul de Moon Jae-In qui, contrairement à sa prédécesseur, défend l'idée d'un dialogue avec le Nord. Mais il a averti dimanche que cet échange serait possible "seulement si le Nord change d'attitude".

La situation s'est crispée sur la péninsule en raison de l'accélération des programmes balistiques et nucléaires nord-coréens.

Ce dernier tir était le dixième depuis le début de l'année, après des dizaines en 2016. Les choses se sont envenimées ces derniers mois, à mesure que Pyongyang a surenchéri verbalement aux déclarations belliqueuses de l'administration Trump, qui s'est dite prête à régler seule, si besoin par la force, le problème nord-coréen. Pyongyang a d'ailleurs évoqué ce samedi 13 mai, une possibilité d'ouverture. La Chine sollicitée par Donald Trump, autrefois influente auprès du dirigeant nord-coréen, n'arrive plus à contenir son voisin encombrant.

"Le Nord cherche apparemment à tester M. Moon et à voir comment prendront forme sa politique nord-coréenne ainsi que la coordination politique entre le Nord et les États-Unis", a déclaré Yang Moo-Jin, professeur à l'Université des études nord-coréennes de Séoul.

La Corée du Nord teste la patience des États-Unis.