Corée du Nord: Trump pense que Xi "fait pression"

Lundi, 01 Mai, 2017

M. Trump a refusé de dire dimanche 1 mai si ce tir avait raté en raison d'une manœuvre de sabotage américaine, une éventualité débattue dans la presse.

Malgré ces mots respectueux en apparence, le président américain a réaffirmé sa volonté d'écarter la menace nucléaire nord-coréenne.

M. Trump dit croire que le président de la Chine, Xi Jinping, exerce des pressions sur la Corée du Nord pour qu'il cesse son programme nucléaire. Le commerce est très important.

"Je pense que ce que le président veut dire est que nous essayons d'avoir une relation globale constructive avec la Chine sur différents sujets dont le plus brûlant, parce qu'il implique des vies humaines, est la situation de la Corée du Nord", a commenté Ross.

"Il n'y a pour le moment aucune menace plus grande contre ce pays, contre la région, que ce qui se passe en Corée du Nord", a ajouté Priebus.

Arrivée au pouvoir le 20 janvier, l'administration Trump s'était mise dans les pas de l'équipe Obama sur le dossier nord-coréen mais semble davantage vouloir faire pression sur Pékin afin que la Chine isole Pyongyang économiquement et diplomatiquement.

Trump célèbre avec sa base les 100 jours d'une présidence controversée
L'opposition démocrate, elle, jubile et décrit le début de son mandat comme un désastre et une période d'instabilité grandissante. Symbolique aussi car, au même moment, se tiendra à Washington le dîner de l'Association des correspondants de la Maison Blanche .

Le terrain pour Marine Le Pen, les "valeurs" pour Macron — Présidentielle
Ce clivage entre "réformistes" (CFDT, Unsa) et "contestataires", s'est accentuée lors du conflit autour de la loi travail. Le vice-président du Front National Florian Philippot a plaidé lundi pour que les négociations aillent vite.

Aeroflot : 27 personnes blessées lors de turbulences
Des bébés sont couverts de bleus et d'autres gens ont perdu connaissance. Deux ont été pris en charge en urgence, selon le Daily Mail .

Sans résultat apparent jusqu'à maintenant: la Corée du Nord a procédé samedi à un tir de missile balistique, tir soldé par un échec, en riposte apparente à un appel solennel des États-Unis à l'ONU à renforcer les sanctions internationales contre Pyongyang.

"Je ne veux pas que les gens sachent ce que je pense", a-t-il dit.

Depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953), qui s'est achevée par un armistice et non par un accord de paix, Pyongyang assure avoir besoin de l'arme nucléaire pour se protéger d'une possible invasion américaine.

Ce voyage, a expliqué M. Pence sur NBC dimanche, "avait pour objectif de les rassurer, en ces temps agités où nous assistons à des provocations accrues du régime nord-coréen, sur le fait que les États-Unis sont à leurs côtés".

Ces précisions font suite aux déclarations de Donald Trump sur la chaîne CBS dans lesquelles le président américain expliquait que le contentieux commercial avec les Chinois avait été relégué au second plan afin d'obtenir leur coopération dans la crise coréenne.

Les États-Unis et la Corée du Sud ont commencé à installer un controversé système de défense qui doit être partiellement opérationnel d'ici quelques jours.