Un musicien des Landes fait condamner Calogero pour plagiat

Jeudi, 24 Nov, 2016

Avec la chanson "Si seulement je pouvais lui manquer ". Ce mardi 22 novembre, Laurent Feriol a obtenu gain de cause dans le procès qui l'opposait au chanteur Calogero depuis deux ans. Ce compositeur originaire du sud-ouest avait entamé des poursuites contre le chanteur, qu'il accusait d'avoir utilisé des notes du refrain du morceau Les chansons d'artistes, déposé à la Sacem en mars 2002, pour la ballade Si seulement je pouvais lui manquer (2004). Après avoir perdu en appel, Calogero avait donc choisi de se pouvoir en cassation. Il avait donc tenté un recours en appel. La justice l'avait alors condamné à régler une amende de 80 000 euros. Mais le verdict est tombé, il est définitivement condamné pour plagiat.

Sa chanson et celle de Laurent Fériol comportent 63% de similitudes sur le refrain, mais comme les couplets sont différents, " Si seulement je pouvais lui manquer " est plagiée à 15%.

Résultat loto du samedi 19 novembre 2016
Comme chaque tirage loto , le tirage de ce soir présentera une cagnotte qui aura augmenté d'un million d'euros. Si jamais vous avez raté la sortie des boules, Oh My Mag vous propose de découvrir la combinaison gagnante.

Un enfant meurt après être tombé dans le pétrin d'une boulangerie — Cher
Les faits se sont déroulés dans la commune de Vignoux-sous-les-Aix, près de Bourges dans le département du Cher . Jeudi 17, vers 16h45, leur petit garçon de 2 ans est tombé dans le pétrin professionnel de l'établissement.

Bye Bye la calvitie, il s'est offert de nouveaux cheveux — Rafael Nadal
Depuis quelques temps, les fans de tennis avaient remarqué une calvitie naissante chez Rafael Nadal. Au total, Rafael Nadal est désormais riche de 4 500 cheveux.

Après s'être assuré auprès d'un expert de la véracité de ces similarités entre les deux morceaux, Laurent Fériol avait décidé de porter l'affaire devant les tribunaux et sa voix avait été entendue. "Pour moi, c'est évidemment une très grande satisfaction. Je pense qu'ils croyaient qu'on allait lâcher prise, parce que, pour eux, l'argent n'est pas un problème." a déclaré l'ingénieur au quotidien régional.